• Les trois coups pour 51 Pegasi en Corse...

    51 Pegasi, roman de Marcu Biancarelli, bientôt sur les planches...





    Avec une adaptation et une interprétation de Christian Ruspini, et une mise en scène de Jean-Pierre Lanfranchi, traduit du corse par Jérôme Ferrari, le roman 51 Pegasi sera bientôt joué sous la forme d'une création théâtrale. Milou Tomasi est aux décors, Jean-Marc Colonna d'Istria à la lumière. Le titre de l'adaptation est : 51 Pegasi astre virtuel ou La confession de la bête.


    La pièce est une co-production Unità teatrale Jean-Pierre Lanfranchi, avec la participation du Centre Culturel de la ville de Porto Vecchio et le soutien du Conseil Général de Haute Corse et de la ville de Bastia.


    Les premiers galops sont prévus à la cinémathèque de Porto Vecchio le 30 novembre 2007 à 18h44... Le 30 novembre à Porto Vecchio... Rappelez-vous...

    D’autres représentations sont déjà programmées :
    Les 6 et 7 décembre à Bastia (théâtre Sant Angelo, à 21 heures).
    Le dimanche 9 décembre toujours à Bastia (18 heures).


    A suivre….


    Le roman :




    51 Pegasi. Astre virtuel
    51 Pegasi - Astru virtuali (version originale en corse)

    Un écrivain maudit, banni pour ses écrits, revient dix ans plus tard dans son île qui a depuis accédé à l’autonomie. Il y retrouve ses compagnons d’infortune pour lesquels rien n’a vraiment changé, sexe, bagarres, beuveries, etc. sont toujours l’essentiel de leur quotidien. L’un d’entre eux a construit une étrange machine à se projeter dans les univers virtuels… Roman violent, acerbe, sans concession, par l’un des meilleurs auteurs contemporains insulaires. Traduit du corse.

    Article sur le Blog de Marcu Biancarelli : « Les confessions d’une bête»

    A cunfissioni di a bestia :
    Ancu avali, ùn riescu micca à creda chì no n'eramu à 'ssu puntu quì d'indigenza pulìtica, dialèttica, filusòffica, umana. C'erani cun mecu, a palesu, l'èssari i più niscentri è i più bestii ch'iddu mi sichi statu datu mai di scuntrà, è un tempu fubbi ancu cun iddi in u me elementu, l'amaiu cù 'ssa forza patètica ch'iddu pò spirà u gruppu in materia d'amori, a me passioni pà st'aienti quì, a devu ricunnoscia, era assuluta. Comu vi possu spiicà stu fattu ? Credu chì d'una certa manera, cù 'ssu gruppu in ghjiru à mè, 'ssu gruppu armatu è prontu à passà à l'azzioni, credu chì ghje' esistia, è a paura d'ùn essa più nudda lachendu 'ssu gruppu ch'e' tiniu cussì caru duvia rinfurzà a me brama di cuntinivà a me strada cù a banda, di participà à l'azzioni di a rèffica, duvia rinfurzà ancu a cridenza in i me idei, è u bisognu di viva è di sparta à mezu à st'òmini - sti zitiddoni pà a maior' parti - era più sòlidu è pricisu ugni ghjornu chì Diu facia.

    Marcu Biancarelli se présente sur Myspace :
    http://www.myspace.com/marcubiancarelli



    Qui je suis :
    Scrittori è pueta, prufissori di lingua corsa, prupongu quì un blogu di testi puètichi in cumplimentu d'un altru blogu generali chè mittaraghju forsa in ligamu in 'ssu spaziu. À dilla franca 'ssu nuvellu blogu mi dà fastidiu ; cridiu di pudè fà monda di più manipulazioni annantu à MySpace, è una missa in pàgina più larga è più intarissanti chè pà u me altru blogu. M'avvicu ch'ùn hè micca u casu è ch'ùn possu nè rituccà i prisintazioni nè intigrà u "testu taddatu" da microsoft... Ùn la so sì ghje' aghju da tena monda cù 'ssu scruchjettu...

    Extrait de son ouvrage " Le Prisonnier " :
    " Et maintenant, vous croyez que je me sens plus malin parce que j'ai écrit ce livre? Sur ce bateau qui m'amène loin de chez moi, vous croyez que j'en suis fier d'avoir commis ces récits qui me valent l'exil ? Et pourtant, je le reconnais, on m'avait prévenu, ils me l'avaient dit de rester tranquille, de ne pas salir du papier, certains me disaient même que ce n'était pas bon pour ma santé mentale et, parce qu'ils m'aimaient bien, m'assuraient que j'étais mieux, beaucoup plus sociable et bien plus heureux et spirituel quand l'encre et le stylo se trouvaient loin de moi. "

    Extrait d’un article de Marie Thiers :
    Pegasi 51, astre virtuel est le premier roman de celui qu'on prenait déjà pour un nouvelliste, puisque le texte vient d'être traduit en français par Jérôme Ferrari chez Albiana. 51 Pegasi astre virtuel, un titre qui nous projette à des années lumière de la terre, peut-être à la périphérie de l'étoile du même nom - 51 Pegasi - autour de laquelle fut détecté en 1995 la première planète hors de notre système solaire. Pour autant, l'histoire ou plutôt les histoires (car la plume reste décidément digressive), se passent à nouveau bien chez nous, ici bas. Le personnage est encore lamentablement humain, un auteur banni de retour en Corse après un exil qui n'a rien eu de poétique, et peut-être même qu'avec lui Biancarelli atteint la perfection dans le genre du looser intelligent, ou de la brute aimable, au choix...
    Ouvrir un livre de Marcu Biancarelli c’est ouvrir une zone de turbulences. Il incarne la littérature corse moderne. Bilingue (il est professeur de corse dans un lycée du sud de la Corse), il écrit les réalités de la société corse contemporaine.Les thèmes de l’enfermement et de l’insularité sont une constante de l’univers romanesque de Marcu. Roman, nouvelle, poésie, chronique (il collabore à la revue A Pian d’Avretu) il a investi de nombreux modes d’expression écrite.
    Il est le promoteur d'une écriture de nouvelle génération et reste un pionnier en matière d'utilisation de la langue corse et des thèmatiques abordées.
    Marcu Biancarelli a obtenu deux fois consécutivement (fait unique à ce jour) le prix FICTION du Salon International du Livre Insulaire d’Ouessant pour Prighjuneri / Le Prisonnier et Sant Ghjuvanni in Patmos / Saint Jean à Patmos.

    La littérature corse existe-t-elle? par Paul-Michel FILIPPI
    'Dans le roman corse, apparaît incontestable et novateur, l'apport d'oeuvres comme A barca di a madonna de Ghjacumu Thiers, ou Pegasi astru virtuali de Marcu Biancarelli.'
    La littérature corse existe-t-elle? A cette question (oiseuse?) nous répondons par un constat, celui de l'existence de romanciers, poètes, dramaturges de langue corse.
    Il est difficile, dans le flot des parutions contemporaines, de repérer déjà et de désigner les auteurs marquants et qui seront, pour demain, des points de référence. Certaines oeuvres, pourtant, semblent révélatrices de l'émergence d'écritures nouvelles, sans laquelle la littérature corse, comme toute autre, serait menacée de bégaiement et risquerait de s'étioler.
    Dans le roman corse, apparaît ainsi incontestable et novateur, l'apport d'oeuvres comme Una spasimata de Rinatu Coti, A barca di a madonna de Ghjacumu Thiers, ou Pegasi astru virtuali de Marcu Biancarelli.

    Bibliographie succincte :



    Stremu miridianu
    Nuvelli

    "Chì i cosi siini chjari, ghje’ mi possu pirmetta di parlà mali di u me locu, ma ghjeu solu..."

    Lu sur le site Corsicapolar : La dernière parution de Marcu Biancarelli, sortie cet été aux éditions Albiana, parle de ce Sud extrême où se passent plein d'histoires, des sordides, des salaces, des voluptueuses, des sanglantes... Marcu Biancarelli le dit lui même sur son blog : Il y a du sexe aussi, de l'alcool et des bagarres, et pas mal de situations embarrassantes et consternantes. Alors rendez-vous chez les fous, amici fidi è strampalati !



    Prighjuneri
    Prisonnier
    bilingue recto/verso

    Un recueil de nouvelles qui reconstituent la trame romanesque de nos vies insulaires. Un ton acerbe, un cynisme né du fatalisme " méditerranéen ", des histoires de tous les jours et pourtant extraordinaires. Un ouvrage au style nouveau et direct, écrit par un remarquable auteur de la nouvelle génération des écrivains corses. En langue corse. Au revers, traduction en français de J. Ferrari.
    Premier prix de "fiction" au salon international du livre insulaire d'Ouessant (2001)

    Et aussi...

    San Ghjuvanni in Patmos
    Saint Jean à Patmos
    Bilingue recto/verso

    Dans la veine de son premier recueil, l’auteur offre sept nouvelles inédites en Corse et dans leur traduction française. Sept voyages littéraires dans les tréfonds de l’âme humaine.
    Premier prix de "fiction" au salon international du livre insulaire d'Ouessant (2002)

    Parichji dimonia

    Un recueil de poèmes en corse est déjà un événement en soi. Lorsqu’il émane d’un des auteurs de la jeune garde littéraire, on le reçoit avec une curiosité redoublée, pour l’inspiration et pour l’utilisation de la langue dont on se doute qu’elles ne seront pas anodines. Les coups portent et libèrent les voix qui s’élèvent dans cette Corse du nouveau siècle…


    Blog de Marcu Biancarelli à l’adresse ci-dessous :
    http://blogsperso.orange.fr/web/jsp/blog.jsp?blogID=171144&pos=0

    Blog sur le travail de l'écrivain corse Marcu Biancarelli. Où l'on trouvera des extraits de textes publiés ou non, en version originale ou traduits. Des commentaires aussi sur des auteurs et des artistes…




    BONUS :

    Le 30 novembre 2007 est aussi la date de la sortie d’un beau livre document aux Editions Albiana : son titre " Tempi fà "



    Ce livre événement de Pierre-Jean Luccioni "Tempi fà " - arts et traditions populaires de Corse" - 656 pages, reliure, quadrichromie, 68 € - est un recueil de l'émission de télévision Tempi fà de France 3 Corse, sur les savoir-faire, pratiques, métiers et usages de la Corse.



    Article sur le site de l’adecec en langue corse :

    Petru Ghjuvanni Luccioni hè giurnalistu à France 3 Corsica, dapoi a so creazione trent’anni fà, è publicheghja u so primu libru, risultatu di parechji anni di riportu diffusati nant’à a seria “Tempi fà”. Purtatu da u so prufessiunalismu è da a passione di a so terra, u giurnalistu hà mustratu numerosi sugetti presentendu parolle è gesti. Questi contanu a Corsica è i so modi di vita. Senza lagnassi nant’à u passatu ma vulendu trasmette i sapè fà à e generazioni future, Petru Ghjuvanni Luccioni hà interrugatu decine d’omi è di donne chì avianu praticatu, vistu praticà o chì avianu intesu dì. Ogni sapè, ogni scienza, ogni arte era degnu d’esse riperturiatu, interrugatu, analizatu è dopu diffusatu à a televisiò.
    Dunque, in u libru, avemu parechji documenti iconografichi chì sò stati descritti è urganizati in sette grande parte, da e « benfatte » trove in a natura à i sapè « amparati in casa », è ci sò dinù altri temi : a caccia, a pesca, l’agricultura, l’allevu, i mistieri, e custruzzioni. Ogni parte hè un ripertoriu micca esustivu di l’arnesi, di e tecniche è di i sapè fà. Eppo, più di 70 cartulari sò illustrati cù i ritratti è un testu precisu, chì lucalizeghja l’urigine, ricorda i termi in lingua corsa, è ramenta dinù à l’ingrossu e cunniscenze è descrizzioni digià cunnisciute. St’opera, à l’edizione Albiana, escerà u 30 di nuvembre di u 2007.

    Pour en savoir plus aller à l’adresse ci-dessous :
    http://www.albiana.fr/article-616.htm




  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :