• Voyage en terre Chaoui: les Aurès.

     

    aures%20vivre%20la%20terre-thumb-200x238-38213

     

    Site de l'éditeur:     Editions Chihab (cliquer pour le visiter)    

     

    Un ancien éleveur de sloughis, une ancienne chanteuse du maquis, un gardien de parc naturel… Avec Aurès, vivre la terre chaouie*, les éditions Chihab publient un travail unique en Algérie : ils nous invitent à découvrir une terre mythique à travers les hommes et les femmes qui la font vivre. Un travail de deux ans et demi, un périple de 4500 kilomètres et un fonds de plus de 8000 photos. Azeddine Guerfi, fondateur et directeur des éditions, raconte ses plus belles anecdotes sur les photos de Djilali Kays.

    Philippe Thiriez, un Père blanc qui a déjà écrit un petit livre, En flânant dans les Aurès, publié à compte d’auteur au début des années 1980. Il a voulu rééditer le livre et a rencontré l’éditeur qui a voulu reprendre  cette flânerie d’une autre manière et donner la parole à des gens de cette belle région pour écrire un livre vivant, actuel, qui parle des Aurès aujourd’hui... Après un périple de 4500o kms, *Le livre a été réalisé par Nadia Bouseloua, journaliste reporter, Azeddine Guerfi, fondateur et directeur des éditions Chihab, Rachid Mokhtari, universitaire, journaliste et romancier, Philippe Thiriez, professeur de lettres, et Djilali Kays, photographe.

    De belles rencontres, des images, des portraits et des promenades…  Le livre a demandé au total deux ans et demi de travail, un fonds de plus de 8000 photos dont à peine 20% ont été utilisées. Peut-être plus tard une exposition itinérante à travers l’Europe…

    Des  être de chair et d’os avec chacun leur histoire, leur vie, leurs rêves, un livre construit sur des personnages haut en couleur. Dans cette terre éternelle, les  traditions ancestrales côtoient un présent Des gens qui nous racontent leur région, en portent la mémoire, la chantent, la peignent et contribuent à son développement

     Bouzid M’hamdi, le gardien des oliviers

    Sur la route de Taberdga, au lieu-dit Taghit, au cœur d’une exploitation d’une trentaine d’hectares d’oliviers, se trouve un pressoir tel que les décrivent les auteurs de l’antiquité. Ici, vit la grande famille de l’agriculteur Bouzid M’hamdi.

    Zerfa et Hedda Brahmia, les hirondelles de la fête

    Dans l’antique village d’Ichmoul, fief de la tribu des Touabas, Zerfa et sa sœur Hedda appartiennent à la dernière génération de danseuses-chanteuses de pure tradition chaouie.

    Hacène Kadri, collectionneur de Citroën

    Propriétaire d’une ferme à T’Fouda, dans la commune de Djerma, Hacène Kadri vit entre deux histoires : celle du Medghacen (mausolée numide) et celle d’un amour sans égal pour la Traction Avant.

    Abdelâali Abdelli, le gardien du parc animalier de Belezma

    Abdelâali Abdelli n’est pas qu’un simple gardien du parc national de Belezma, dont le Djebel Djerma culmine à 1200 mètres. Il y est né et a faune et la flore des monts entre lesquels s'insinue l’ancienne route de Sétif n’ont pas de secret pour lui.


    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :