• Terminus Ararat , roman de Maurice Gouiran

    Double comme les deux sommets de la montagne mythique : Le Mont Ararat !

    Gouiran_terminus_ararat_G.jpg Gouiran.jpg

    Avec son dixième roman, " Terminus Ararat " (aux Editions Jigal), Maurice Gouiran se trouve au cœur de l’actualité pour deux raisons:
    1°- Tout d’abord, par l’intermédiaire de son sympathique héros, Clovis Narigou dit Clo, pseudo-berger-écolo du côté de l’Estaque et ancien journaliste qui se retrouve, après maintes péripéties, à escalader le Mont Ararat. En cette année officielle de l’Arménie, la question arménienne, l’appartenance de ce mont emblématique si cher au cœur de tous les rescapés et descendants du génocide de 1915, est donc ici abordée en toile de fond, avec un passage très émouvant dans le chapitre seize quand l’auteur, par le biais du personnage féminin, Diane, évoque les massacres de Van.
    2°- Ensuite, et surtout dans ce roman, la thématique essentielle concerne les sectes , qui se retrouvent à la Une de l’actualité depuis quelques semaines et en ce début de mois de février avec " L’atlas de la création ", ouvrage créationniste qui " s’incruste au Lycée " comme l’a annoncé LCI , le 2 février . Ce livre luxueux est envoyé gratuitement dans les établissements scolaires. Il est écrit par un inconnu : Harun Yahya, de nationalité turque. Le Ministre de l’éducation, alerté, l’a interdit ( discrètement… Pourquoi ?) dans les CDI. Imprimé en Turquie et traduit en français, il réfute la théorie de Darwin (1809 – 1882) sur l’évolution des espèces car, selon l’ouvrage insidieux, elle serait " la réelle source du terrorisme " (sic).


    Pour information vous pouvez rechercher :
    - L’article de Marie Lemonnier dans le Nouvel Observateur " Complot contre Darwin ".
    Adresse : http://hebdo.nouvelobs.com/p2204/articles/a331765.html
    - Celui du Figaro en date du 2 février,
    http://www.lefigaro.fr/france/20070202.FIG000000236_offensive_du_creationnisme_islamique_en_france.html
    - Celui de 20minutes à la même date. : Le créationnisme à la porte des écoles françaises:
    http://www.20minutes.fr/articles/2007/02/02/20070202-actualite-france-Le-creationnisme-a-la-porte-des-ecoles-francaises.php
    Pour approfondir le sujet :
    - Le rapport complet de Guillaume Lecointre du CNRS : " Evolution et créationnismes ":
    http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/dosevol/decouv/articles/chap1/lecointre1.html-
    - Celui de la Miviludes, documentation française:
    http://www.prevensectes.com/mivi2006.pdf


    Cette nouvelle offensive créationniste , via la filière turque, est au cœur du roman "Terminus Ararat " de Maurice Gouiran, avec une longueur d’avance sur l’actualité puisque l’ouvrage est sorti en octobre 2006.

    Clo est de l’espèce des non-héros dans l’évolution du roman noir. Amateur de riz aux favouilles sous la tonnelle, il taquine la girelle et la galline. Cet adepte des rougets grillés et des belles filles ( l'hommage rendu à Aphrodite "for ever" constitue un distrayant intermède érotique dans un roman qui a pour mérite de mettre en valeur de graves questions de société, voire d'humanité) va se trouver, en effet, confronté à une terrible organisation sectaire américaine ayant des ramifications internationales dont le centre théologique, filiale française... "un mouvement basé sur l'autorité et l'infaillibilité de la bible... Pour eux, tout ce qui était écrit dans l'Ancien Testament était, par définition, Axiome..."

    Initialement embarqué dans la recherche d’un gosse enlevé, via Bodrum (antique Halicarnasse, cité d'Hérodote, surnommée "BedRoom" par Gouiran...), Ankara, Van… Clo va devoir affronter de dangereux créationnistes et des " Karatufeks " ( Les fusils noirs) d’une secte islamiste. Mais, pourquoi le Mont Ararat ?
    "La silhouette de l'Ararat, sobre et puissante, domine tout le panorama. Les moutons blancs et noirs, les gosses, les chiens... le vent qui balaye l'herbe rare... rien n'a dû changer ici depuis des millénaires... Nous empruntons le chemin de terre poussièreux... Une sueur glacée coule dans mon dos.."
    Réfléchissez ! Connotez la première de couverture et vous devinerez la réponse : Noé bien sûr, son arche, le déluge, la " direction divine "… Mais alors, quel lien avec le kidnapping d'enfant? Réponse : lire le livre qui, tout en dénonçant le danger sectaire et l’implication des plus puissants dirigeants planétaires ( Suivez les regards… ), nous entraîne, avec délectation, humour et amour, dans l’espace anatolien et les " temps immémoriaux ".

    Comme le héros, Clovis, vous tomberez sans doute amoureux, à nouveau, de Diane qui lit le roman " L’Arménienne aux yeux d’or " ( de Maurice Gouiran , 2002 chez le même éditeur) et qui, avant qu’ils ne disparaissent à leur tour, inventorie les derniers vestiges arméniens de Turquie… " disparition programmée " d’un passé architectural prestigieux, de " la sérénité de l’île d’Aktamar", sur laquelle, en 915, a été édifiée l'Eglise de la Sainte-Croix "... d’une splendeur à couper le souffle… ".

    Vous aurez sans doute envie de chausser des crampons et d’escalader le " grand Massis " ( l’Ararat), afin de percevoir cette " lueur d’éternité " et d’éprouver cette " sensation de plénitude " dans le berceau de l’humanité… Mais vous apprendrez que l’Ararat est classé " objectif militaire " et que toute ascension est soumise à autorisation avec un contrôle strict…
    Splendeur , majesté et… misère de tout un peuple qui le pleure encore 92 ans après. On pense alors au " Voyage en Arménie " de Robert Guédiguian, avec ce passage émouvant : Manouk (joué par le remarquable Roman Avinian), un vieux chauffeur de taxi arménien, s’arrête face au mont Ararat, pour dire, les larmes aux yeux, que cette montagne aride (et sans gisement précieux) représente le rêve arménien.

    voyarménie.jpg affiche du film de Guediguian avec le Mont Ararat

    " Mon passé… Mon passé me rattrape… Je vais vous raconter… " dira Diane à Clo. Ecoutons-la, suivons-la jusqu’à ce terminus-là. Happy end ? Celui de Clo, c’est " l’Estaque-les-Bains " . C’est là également que, lorsque Eric, son fils, lui dit : " Et toi, Pa, raconte-nous l’Ararat. C’était comment là-bas ? Il répond : " J’étais dans les étoiles, minot, dans les étoiles. Et tu peux pas savoir comme c’était beau ! "…

    "Caucasienne attitude", dira le sympathique "rastafari" marseillais Jo Corbeau dont le voyage, en octobre dernier, au pays de ses ancêtres, lui a inspiré un poème slam. Voici quelques extraits:

    Il est perché sur un clocher le corbeau blanc
    Faisant semblant d'ignorer pendant des siècles
    La quête du Graal sans cesse renouvelée
    Grande requête! Dans son repaire l'oiseau Phénix toujours champion
    Dame le pion, échec et mat en direct du royaume des neiges...
    De l'autre côté de cette sacrée: la vallée des barbelés,
    Des miradors, corridors de sécurité...

    Le texte intégral est publié dans l'hebdomadaire N.A.M n° 127 et vous pouvez aller visiter le site de Jo Corbeau à l'adresse :
    http://rastyron.canalblog.com/archives/jo_corbo/index.html



    Terminus Ararat, un roman de Maurice Gouiran à découvrir, donc !

    Signalons aussi les notes de l’auteur qui, en mission pour l’O.N.U, a effectivement rencontré en 1998 des évangélistes à Ankara. Il écrit page 280 : " Ce roman est une fiction qui repose sur des éléments réels ".
    Enfin, pour terminer, un petit mot sur l’ancrage du héros Clo à L’Estaque… " envahi de Parigots qui sont venus s’y installer pour le fun, parce qu’un jour ils ont vu " Marius et Jeannette " ( film de Guédiguian) et qu’ils croient qu’ici, c’est la grosse rigolade au soleil, pastaga et cagoles à gogo, autochtones blaireaux et forts en gueule dont la seule aptitude semble être de pouvoir jouer des jours entiers à la pétanque à l’ombre des platanes en proférant des gros mots colorés, avec cet accent des banastes du sud qui soutire aux gens civilisés du Nord des sourires narquois ". Si l’auteur nous sert du vrai parler marseillais " devenu littéraire" avec quelques vulgarités locales d'aujourd'hui ou d'Antan (termes sans connotation péjorative de notre part), et si on trouve dans ses dialogues du bon sens populaire et de la galéjade, il n’accepte pas les caricatures de ceux qui font passer "leur grise médiocrité" sur le dos des autres. Vous ne raterez pas des passages d’anthologie.



    arme_yeuxor.jpg

    Accroche du roman " L’arménienne aux yeux d’or " :
    Quand Sarkis et Arak traversent l’Anatolie, fuyant le génocide, l’Europe ne soupçonne pas encore l’ampleur du drame qui se joue là. Quand quatre-vingts ans plus tard, le Vieux-Port se met à cramer comme une vulgaire pinède, Bubble et Calambo auraient dû se méfier davantage... Quand la mafia turque débarque à Marseille à la recherche du trésor de Topkapi, difficile d’imaginer que cette ancienne histoire va rouvrir les plaies sanglantes du peuple arménien. Quand Lévon, l’oncle d’Amérique, tente de renouer les liens du passé, bien malin qui peut deviner que la clé se trouve encore dans les faubourgs de la ville...



    Pour des cours de Marseillais pur sucre, en complément de la lecture des œuvres de Maurice Gouiran, nous vous conseillons aussi les opérettes Rock de Quartiers Nord dont "2001 L’odyssée de l’Estaque". Dans le groupe Quartier Nord,le chanteur Robert Rossi écrit, avec Glibert Donzel, les chansons des opérettes Rock, qui sont le fruit d'un travail collectif auquel participent aussi Edmonde Franchi et Jean-Marc Valladier. Vous pouvez aller faire un tour sur le site de "Quartiers Nord" à l'adresse ci-dessous:

    http://www.quartiersnord.com/QNIndex2.htm

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :