• Rock, polar, Alcazar et un double blanc...





    A l’Alcazar, la salle était bien remplie pour assister à la conférence sur le Rock et le polar. Dans le public nombreux, nous avons noté la présence de Philippe Carrese, écrivain,cinéaste et musicien, mais aussi Childeric Muller, nouvel élu Modem des dernières Municipales sur la liste de gauche conduite par Patrick Mennucci dans le 1er secteur de Marseille.

    Derrière les conférenciers du jour, attendaient des guitares électriques, un synthé et une batterie. François Thomazeau a fait un long exposé qui s’est voulu à la fois historique et parsemé de conseils de lectures. Chaque étape a été ponctuée par un standard du Rock en commençant par « Rock to night ». Les autres intervenants étaient Thomas Labat et Bruno Leydet, tous les deux musiciens Rockers et auteurs de polars, comme François Thomazeau. François Billard, dans le rôle du modérateur intervenait peu (rappelons que historien de la musique, il a écrit aussi un Poulpe). Thomas Labat et Bruno Leydet, après s’être livrés à des lectures d’extraits d’auteurs rock’n roll, ont été d’accord pour dire que, chez eux, musique et écriture étaient liées au Rock’n roll, tout en précisant qu’ils vivaient cette dualité en schizophrènes.

    Finalement «être rock’n roll » ne serait-il pas (entr’autres goûts déterminés par des origines socioculturelles) écouter cette musique et lire des polars ? Aujourd’hui, le lien entre la musique et le polar  serait-il la crise d’adolescence qui , par la revolte, d’un mode de vie passe à une mode qui se prolonge en mode de vie dont la musique, la littérature et le cinéma sont des aspects culturels ? Aujourd'hui, si certains mettent du Rock dans leur polar, d'autres n'y mettent-il pas du rap et du slam? Les mots n'ont-ils pas leur propre musique? Un livre ne se regarde pas. Comme la musique, il est un plaisir d'abord solitaire, intime. On le lit, l'écoute et le savoure, le regard tourné vers l'imaginaire.



    Pour les images du Rock, on peut penser à James Dean et au film culte des années 50 «La fureur de vivre » qui fait découvrir aux américains leur jeunesse rebelle et délinquante. Le film montre le premier ado qui dit parfois aux parents qu’ils ont tort. De nombreux jeunes s’identifient à James Dean qui porte sur l’écran leur angoisse et leur colère jusqu’à la révolte. James Dean avait une blessure : la mort de sa mère alors qu’il avait 9 ans. Cette mort n’a pas été expliquée au gamin qu’il était et semble à l’origine de son mal de vivre et sa colère qui l’ont certainement aidé à créer son personnage d’adolescent rebelle. L’acteur deviendra un mythe en mourant dans un accident au volant de sa dernière voiture de course, une Porsche Spayder portant le n° 130. Il roulait face au soleil couchant lorsqu’un véhicule a coupé sa trajectoire le 30 septembre 1955. Il jouait dansle film Giant en cours de tournage. Son producteur l’avait pourtant interdit de conduite automobile jusqu’à la fin du tournage mais il n’a pu résister à la fatalité. Avec les voitures et la vitesse, la musique faisait aussi partie de sa courte existence puisqu’il jouait des Congas, notamment dans un bar branché d’Hollywood. Il incarne encore l’esprit Rock’n roll lorsqu’il dit à un ami : « Je ne vais pas traverser la vie avec un bras dans le dos. » Huit mois avant son décès tragique, il se faisait photographier dans un cercueil. Le film « La fureur de vivre » sortira dans les salles une semaine après sa mort. Les photos du film sont devenues légendaires et alimentent le mythe qui est devenu un produit de marketing comme l’est devenu celui du King Elvis Presley.

    La littérature et la musique sont tributaires des modes. Il y a les genres éphémères et ceux qui durent, qui sont les expressions des générations et de leurs révoltes. Dans cette dernière catégorie de genres qui durent, on peut classer le Jazz, le Rock’n roll, le Rhythm and Blues et le polar. Cela me fait penser à l'obsession de l'auteur d'écrire enfin le grand roman d'une vie, d'une époque, peut-être d'un génération dans l'ouvrage de Juan hernandez luna "Fausse lumière" ( Collection L'atinoir de L'écailler - 2007). Qui écrira le grand roman de la génération Rock'n'roll? Tout a-t-il déjà été écrit?...



    Comme autre film culte, on peut citer celui antérieur à la Fureur de vivre puisqu’il est sorti en 1953 : «L’équipée sauvage » (The Wild One ) avec Marlon Brando dans le rôle de Johnny, chef d’une bande de motards qui roulent de ville en ville dans le seul but de s'amuser comme des gamins, d'attirer l'attention et de déranger les habitants bien pensant. Ils s'arrêtent à une course de motos mais provoquent rapidement la pagaille et le Policier de service leur demande expressément de déguerpir sous peine de se retrouver en prison. Ce qu'ils font sans demander leur reste, en dérobant la coupe du deuxième vainqueur. Ils arrivent ensuite dans une petite ville tranquille dont le Policier local veut éviter les ennuis. La bande s'installe dans le café et vadrouille dans les rues, provoquant un petit accident qui les oblige à rester sur place, le temps d'attendre leur pote blessé se faire soigné. Ce qui ne tarde pas à mettre en colère les habitants les plus obtus et bagarreurs...



    Un mot sur Brian de Palma qui réalisa Phantom of paradise (1973) : Reprenant plus ou moins la trame du roman Le Fantôme de l'Opéra, de Gaston Leroux, le mythe de Faust, ou encore Le Portrait de Dorian Gray d'Oscar Wilde, le film de de Palma raconte les mésaventures d'un chanteur-compositeur talentueux (Winslow Leach) dont l'œuvre, une cantate intitulée Faust, est volée par la maison de production Death Records appartenant au producteur star, Swan. Ce dernier envisage d'ouvrir son opéra-rock avec les chansons remaniées de Winslow qui va alors entreprendre sa vengeance. La musique est de Paul Williams, saxophoniste de Rhythm and Blues et compositeur. Quelques années plus tard, le même de Palma réalisera Scarface avec Al Pacino. Tony Montana, petit truand expulsé de Cuba, débarque à Miami. Malin et sans scrupule, il entre en contact avec Lopez, un patron de la pègre qui fait le trafic de cocaïne. Ayant attiré sa confiance, il devient un de ses hommes de main, puis son second. Tony, appelé "Scarface" à cause d'une balafre au visage, peut compter sur son ami Manny venu avec lui de Cuba, fidèle allié de son ascension. La musique est de Giorgio Moroder. Il a composé une quinzaine de bandes originales de films et a collaboré (en tant que producteur ou en tant que compositeur) avec des artistes de premier plan comme David Bowie, Eurythmics, Freddie Mercury, Elton John, Sparks ou Debbie Harry (Blondie).Mais c'est avec Donna Summer qu'il connaîtra ses plus grands succès de compositeur et de producteur. Pour n'en citer que quelques uns : Hot stuff (1979), Bad Girls (1979), le fameux Love to love you baby (1975) ou bien encore I feel love (1977) récemment repris par Madonna dans sa tournée Confessions On The Dance Floor Tour 2006.



    On pourrait aussi cité des films de Scorcese et de Coppola qui montrent cette Amérique du Rock’n roll et, enfin, pour mémoire, la comédie musicale West Side Story : L'histoire est inspirée de Roméo et Juliette de William Shakespeare. A New York, dans les années 1950, deux gangs de rue rivaux, les Jets (américains de la première génération, fils d'immigrés irlandais ou polonais) et les Sharks (d'origine portoricaine), font la loi dans le quartier. Ils se provoquent et s'affrontent à l'occasion. Tony et Maria, chacun d'eux attaché à l'un des belligérants, tombent amoureux, mais le couple doit subir le clivage imposé par leur clan.



    Revenons sur l’exposé de François Thomazeau : les histoires parallèles du Rock et du polar.

    Le Rock ’n’ roll (pour Rock and roll), ou simplement Rock, est un genre musical qui mêle le blues noir et le Rythm and Blues en premier lieu, avec une culture blanche marquée par la musique country notamment. Le rock devient par la suite une véritable philosophie avec sa cohorte culturelle, du cinéma aux bandes dessinées en passant par la mode vestimentaire. C’est la musique des bandes de mauvais garçons, en jeans et blousons noirs, et des bouseux devenus citadins.


    Pour Thomazeau , après les romans Hard boiled, les apparitions presque concomitantes du Rock et du polar correspondent à celles du livre de poche et du microsillon 45 Tours. Il constate, avec François Billard, que si le Jazz est peu présent dans les polars, le Rock'n'roll y a pris une grande place, estimant que, avec le Hard boiled ,  Hammet, Chandler and Co  étaient des auteurs Rock ‘n roll avant l’heure et qu’on les retrouve dans les textes des Rockers qui sont aussi des « durs à cuire », sans aucun doute inspirés par cette littérature. Le polar et le Rock ‘n Roll se seraient ainsi interpénétrés et les auteurs de polars d’aujourd’hui seraient des enfants du Rock auquel ils empruntent parfois des standards comme titres de leurs ouvrages. Thomazeau évoquait le mythe américain « Stagger Lee », l’histoire de ce type de la fin du 19ème ou début du 20ème siècle, chauffeur de taxi, pauvre, noir, qui, las de subir le racisme et les humiliations, aurait pris un flingue et tué un shériff, Billy Lyons, qui lui aurait volé son Steton à 5 dollars. De nombreuses versions de cette histoire circuleront. Stagger devient Stagolee ou StaGG Amais surtout l’archétype du pauvre type qui prend sa revanche sociale par la violence. Vous pouvez lire l’histoire de ce mythe à l’adresse ci-dessous :

    http://arbobo.over-blog.com/article-3392942.html

    Ce mythe a inspiré des centaines de titres du Rhythm and Blues au Rock et à la Pop. Certains sont même allés jusqu’à le reconnaître dans Hey Joe de Jimi Hendrix. Vous pouvez consulter une liste de titres reprenant « Stagger » sur le site Allmusic à l’adresse ci-dessous :

    http://www.allmusic.com/cg/amg.dll

    Greil Marcus est un critique et auteur de livres sur le rock et la Soul music. On trouve ses livres et ceux de Nick Cohn ou Nick Tosches, qui remplissent le même office, aux éditions Allia et parfois en folio Gallimard. On lui doit notamment chez Allia Sly Stone, le mythe de Stagger Lee. A travers Sly Stone, leader d'un des plus fameux groupe de funk dans les années 60 et 70, il retrouve la légende de Stagger lee, le bandit noir, et offre un tableau saisissant de l'histoire de la révolte des Noirs.

    L'étiquette rock 'n' roll a été d’abord utilisée pour discriminer le Rhythm and Blues des Afro-Américains pour des raisons liées à la politique raciale de l'époque. Il était inadmissible que des artistes blancs soient mêlés sous la même étiquette que les artistes noirs chez les disquaires. Le style particulier du Rhythm and Blues blanc a reçu une nouvelle étiquette « Rock 'n roll ».



    Ike Turner, son cousin Jackie Brenston ( proxo et petit voyou sans envergure mais aussi saxophoniste) et leur groupe The Delta Cats rallient Memphis, Tennessee depuis Clarksdale, véritable pépinière de musiciens ; c'est en effet la ville natale de Junior Parker, Bukka White, Son House, John Lee Hooker, Earl Hooker, Jackie Brenston, Ike Turner, Eddie Boyd, Sam Cooke, Willie Brown et Johnny B. Moore. La légende raconte que c'est là que Robert Johnson aurait vendu son âme au diable.

    http://haraldsgraffiti.over-blog.com/article-3387940.html



    Jackie Brenston et Ike Turner enregistrent Rocket 88 à Memphis le 3 mars 1951.Ce morceau est d’abord une chanson de Rythm and Blues. Elle est inspirée de Cadillac Boogie de Jimmy Liggins. Dans les paroles, Brenston remplace la vieille cadillac par la nouvelle Oldsmobile Rocket Hydra-Matic 88. La mélodie est quasiment la même. Bill Haley enregistre une version de Rocket 88 avec son groupe The Saddle-Men publiée sur le label Holiday en juillet 1951. Il est le premier musicien blanc à faire une reprise d'un n°1 de Rhythm and Blues.



    Par la suite, leur disque Rocket 88 sera davantage considéré par certains comme la première chanson de rock'n'roll de l'histoire que le «Crazy Man Crazy » de Bill Haley, même si ce titre est la première chanson rock'n'roll à atteindre le haut des charts. Tous les experts ne sont pas d’accord sur ce point, certains considérant que Rocket 88 reste du Rhythm and Blues. « Il faut mettre une fin ce mythe, malgré ses évidentes qualités ce titre n'est pas le premier Rock and Roll de l'histoire, cela reste malgré tout du R&B. La rythmique de Rocket 88 tient plus du shuffle (rythmique à contretemps) hérité des productions de la fin des années 40. Le Rock and Roll est caractérisé par son rythme particulier, un "eight to the bar" (8 temps par mesure) typique du Boogie mais avec un back beat accentuant le 4ème et le 8ème temps. La variante quatre temps est aussi possible, l'accent étant alors porté sur le 2ème et le 4ème temps ». écrit l’auteur d’un blog Tutti frutti consacré aux musiciens blacks :
    http://tutti.allmyblog.com/




    Rocket 88, dont la partie vocale a été laissée à Jackie Brenston, a été enregistré dans les mythiques studios Sun Records, célèbres pour avoir enregistré That's All Right Mama, le 1er tube d'Elvis Presley en 1954, pur rock'n'roll également. Ike Turner est connu aussi pour avoir été le mari de la chanteuse Lina Turner qu’il battait. Il est mort, après Brenston et à l’âge de 76 ans, le 12 décembre 2007.

    Rocket 88 était une voiture américaine (il s’agit de l’Oldsmobile Rocket 88). Les voitures et l’alcool sont présents chez les Rockers. Il y a eu le polar jazzeux , feutré, ambiance whisky et petites pépées. Lui succèdent le polar rock’n roll. Henri Thomazeau cite aussi Robert Johnson, petit guitariste inconnu qui deviendra un grand guitariste de Blues. Il est devenu une légende et une grande source d'inspiration pour des artistes tels que Jimi Hendrix, Led Zeppelin, Bob Dylan, The Rolling Stones ou encore Eric Clapton et Cream. En 2003, le magazine Rolling Stone l'a classé 5ème meilleur guitariste de tous les temps.

    En 1951, le disc jockey Alan Freed anime une émission de radio appelée Moondog's Rock And Roll Party. C'est la première diffusion du rock 'n' roll à une large audience. C'est ce disc jockey radio qui trouve son nom au rock 'n' roll en reprenant une expression que l'on retrouve depuis les années 1940 dans certaines chansons de Rhythm and Blues et qui signifie en argot « faire l'amour ». Alan Freed est le premier disc jockey blanc à soutenir avec force des artistes noirs jouant la « musique du diable ». La bonne société américaine en fera son « ennemi numéro 1 » et aura d'ailleurs sa peau en 1959.

    Le terme Rockabilly désigne la première forme historiquement identifiable de Rock 'n' roll, il s'agit essentiellement d'un croisement de Rythm and Blues et de musique country. Elvis Presley et Bill Haley sont deux précurseurs chez les chanteurs blancs. Elvis Presley, surnommé The King (« Le Roi » du rock 'n' roll), enregistre ce qui est probablement l'un des tout premiers morceaux de rockabilly avec That's Alright Mama et collectionnera très rapidement les succès, mais, pour les experts, c'est Bill Haley and His Comets qui signent officiellement l'acte de naissance du rock 'n' roll pour de nombreux historiens avec le titre Rock Around the Clock (reprise de Sonny Dae and His Knights, 1952). Ce premier tube de l'histoire du rock 'n' roll qui figure au générique du film Graine de violence est numéro 1 des hit-parades aux États-Unis (8 semaines) et au Royaume-Uni (3 semaines) en 1955. Buddy Holly, Jerry Lee Lewis, Eddie Cochran et Gene Vincent s'engouffrent dans la brèche. Les musiciens noirs restent très actifs grâce à Chuck Berry et Bo Diddley tout particulièrement. N'oublions pas Little Richard, qui sur son premier 45 tours signe quatre des plus grands standards de rock : Tutti Frutti, Long Tall Sally, Rip It Up et Ready Teddy.

    Le rock 'n' roll provoque un mouvement de rejet de la bonne société américaine qui croit avoir triomphé de ce mouvement en 1959. On annonce alors la mort du rock 'n' roll et il est vrai qu'aux États-Unis, le mouvement semble s'essouffler. Les chanteurs sont désormais très consensuels et Elvis Presley est institutionnalisé, cantonné aux ballades. Le rock 'n' roll continue cependant de se développer sous des formes plus locales et confidentielles comme la surf music de la côte ouest ou le garage au nord.

    L’Internaute vous propose son histoire du Rock’n Roll de 1954 à 1997 à l’adresse ci-dessous :

    http://www.linternaute.com/histoire/categorie/40/a/1/1/histoire_du_rock_n_roll.shtml

    L’apparition du Rock remonte donc aux années 1950. Le roman noir est installé dans la littérature américaine et s’est démocratisé avec l’apparition des livres de poches. C’est aussi l’époque de James Dean, acteur que l’on peut qualifier de Rock’n roll à l’écran comme dans sa vie. En évoquant le littérature et les films sur l’apparition de Rock’n roll, François Thomazeau reprend le mythe du pacte avec le diable scellé d’abord à Clarksdale par le mythique Robert Johnson. Les Rockers seraient entrés en Rock ‘n roll par ce pacte démoniaque, ce qui expliquerait l’hécatombe dans leurs rangs pour causes d’overdose de drogue mais aussi de plomb, puisque plusieurs ont été tués par armes à feu. François Thomazeau établit une filiation avec des écrivains de l’errance comme William Seward Burroughs, Jack Kerouac et Jack London. On peut citer des propos de Kérouac, mort d’une cirrhose et de l’abus de dopants : « Les seuls gens qui existent sont ceux qui ont la démence de vivre, de discourir, d'être sauvés, qui veulent jouir de tout dans un seul instant, ceux qui ne savent pas bâiller. » A 15 ans, Jack London commença une vie d’errance. Il fut tour à tour, marin, blanchisseur, chercheur d’or, pilleur de parcs à huîtres. Il retourna aussi à la fac. Puis Il devint garde pêche, chasseur de phoque, alcoolique, vagabond, socialiste. Il alla aussi à l’université et fut petit à petit publier... jusqu’à la gloire (son roman, Martin Eden est très autobiographique). En 1944, Burroughs vit avec Joan Vollmer dans un appartement partagé avec Jack Kerouac et sa première femme Edie Parker. C'est à cette période qu'il entame sa consommation d'héroïne. Il épouse Joan en 1946 avec le projet de fonder une famille. Le 6 septembre 1951, en voyage à Mexico, Burroughs, ivre, tue accidentellement sa femme d'une balle en pleine tête alors qu'il essayait de reproduire la performance de Guillaume Tell, qui fendit d'une flèche la pomme posée sur la tête de son fils. Burroughs est inculpé pour homicide involontaire mais échappe à la prison en rejoignant le Mexique en 1952 puis en vivant des années d'errance ; Principalement connu pour ses romans hallucinés mêlant drogue, homosexualité et anticipation, il est associé à la Beat Generation et à ses figures emblématiques (Jack Kerouac, Allen Ginsberg). On retient aussi de lui son utilisation littéraire du cut-up, technique (mise au point dans une petite chambre d'hôtel rue Gît-le-Cœur à Paris avec Brion Gysin) qui consiste à recréer un texte à partir de bribes découpées et mélangées au hasard, utilisant parfois des fragments d'autres auteurs.

    En France, selon Thomazeau, les premiers romans noirs Rock ‘n Roll sont les polars post-soixant’huitards parmi lesquels certains reprennent comme titres ceux de standards du Rock.

    Pour conclure le propos on pouvait s'interroger en écoutant un auditeur proposer l’étiquetage suivant : le Jazz pour le flic et le détective, le Rock pour le quidam, et l’ Opéra pour le serial killer… Les rapprochements entre le Rock ‘n Roll et le Polar sont apparus à plusieurs égards comme les mêmes relevés entre le Jazz et le polar. Par ailleurs, on ne peut pas occulter une filiation entre le Rythm and Blues, le Rock’n Roll, le Jazz et le blues. Seul l’opéra nous semble jouer dans une autre catégorie et notamment celles de certains Thrillers. Les goûts musicaux d’un auteur de polars se retrouvent-ils dans son phrasé ? Certainement en ce qui concerne un Rocker dur et pur. Mais ils se retrouvent d'abord dans son mode de vie.

    En consultant Wikipédia, on peur lire cette définition : « Le rock 'n' roll (pour rock and roll), généralement raccourci en rock est un genre musical qui mêle le blues noir et le Rythm and Blues en premier lieu, avec une culture blanche marquée par la musique country notamment. Le rock devient par la suite une véritable philosophie avec sa cohorte culturelle, du cinéma aux bandes dessinées en passant par la mode vestimentaire. »

    Article complet : http://fr.wikipedia.org/wiki/Musique_rock

    Le Rock, une philosophie ! Le mot est lâché. Le Rock est un « bruit qui pense » et donc donne à penser. Stop ! Stop it!… Don’t stop the Music ! C’est tout d’abord de la musique à écouter et à danser. Après la conférence, nous avons assisté au concert donné par le groupe Double Blanc.



    Double ban pour Double blanc!...



    Après le conférence, quatre musiciens ont récupéré les instruments de musique. Il s’agissait du groupe «Double blanc », un nom en hommage à un album des Beatles « White Album ». Connu sous le nom de Double Blanc, ce disque devait ramener les Beatles sur terre après trois ans d'expérimentation en studio. Au lieu de cela, cet album leur fit explorer des terres inconnues, continuant à faire exploser les normes de la musique pop. Lennon et McCartney sont encore à leur zénith, notamment Lennon qui devient alors une des figures éternelles du rock.



    Le groupe « Double blanc » a été créé en 1995 autour d’une passion commune, la musique des Beatles. Il s’est spécialisé dans la reprise de standards des années 60 à 70 : Wilson Picketts, Pink Floyd, Rolling Stones, Hendrix, Creedence Clerwater Revival…A la basse et au chant, nous avons reconnu Mario Albano, journaliste des sports à La Provence. Nous n’en doutons plus, Marseille, si le Rock est liée, comme le Jazz, à la drogue, celle de Marseille est l’OpiOM, OM étant une équipe totalement Rock’n Roll, y compris ses commentateurs journalistes..

    Mario Albano s’éclate au stade Velodrome mais, depuis 2005, aussi avec Jacques ( guitare et chant), Michel ( Batterie, chant) et Jacques ( Clavier, guitare et chant). C’est Mario Albano qui présente intelligemment et en fin connaisseur chaque titre d’un répertoire de standards orientés sur la thématique Rock et Polar. C’est lui, le soliste du groupe. Il donne le tempo avec sa basse et sa voix passe sans problème des Doors, à Hendrix, en passant par les Beatles et Elvis Presley notamment.. Michel, à la batterie, rivalise avec Ringo Star et Jacques, à la guitare, avec Eric Clapton , avant d’être un moment relayé par le deuxième Jacques qui a quitté provisoirement le Synthè pour la guitare rythmique et solo sans perdre de sa virtuosité. Un moment d’intense plaisir pour les enfants du Rock présents…

    Alors nous proclamons un double ban pour Double blanc, un groupe avec un bassiste et un guitariste d'enfer, Mario Albano et Jacques Saruggia, Michel Tarasiuk à la batterie et Jacques Puvieux aux claviers et guitare.

    Le groupe Double blanc aurait pu se retrouver rapidement avec la salle vide, car les auditeurs n’étaient pas tous avertis de sa présence. Les habitués des conférences de l’Alcazar tablaient sur une fin vers 18 Heures 30... can't stop the Music!... et même ceux qui avaient des rendez-vous et des obligations, restaient pour entendre le morceau suivant et le suivant… et le suivant jusqu’après la fermetrure de l’Alcazar. Pour ceux qui n’ont pu entendre les derniers morceaux, tout en se mettant en retard à leurs rendez-vous, nous avons appris que « Double Blanc » se produisait sur d’autres scènes. Si vous voulez connaître ses prochains concerts, nous vous communiquons ses contacts :
    Portables:
    Mario : 06.03.13.20.34
    Jacques : 06.72.77.20.51
    Mails :
    Mario.albano@wanadoo.fr
    Michel.tarasuik@wanadoo.fr

    Et un extrait en vidéo amateur ( malheureusement de mauvaise qualité ) trouvé sur Dailymotion :

    http://www.dailymotion.com/video/xrszm_le-rock-des-nageurs_events



    A la bibliothèque de l'Alcazar à Marseille, le gang de l'écailler du sud sur le sujet "Rock et polar" a mis à disposition un petit prospectus intitulé "rock et polar, bibliographie sélective":

    - Graines de violence (Evan hunter alias qui vous savez)
    - Le chanteur de Gospel (H. Crews)
    - Wake up little susie (Ed Gorman)
    - American Psycho ( Ellis)
    - Un homme de glace (ian banks)
    - Divorce Jack (Colin Bateman)
    - Les nains de la mort (J. Coe)
    - Crème Anglaise (Robin cook)
    - Soul circus ( G. Pelecanos)
    - La jambe gauche de J. Sturmmer (C. Ferey)
    - Fatal song ( C. Hiaasen)
    - Passé imparfait (K. Friedmann)
    - La faute à dégun (F. Thomazeau)
    - Les portes du garage ( T. Crifo)
    - Jim Morrissonis alive and well and living in Ibiza (B. Leydet)
    - Nous serons les rois de Marseille (S. SCotto)
    - La musique de Papa (J.L. Bocquet)
    - Backstages (L. Baranger)
    - Un chat dans un chenil ( T. Labat)
    - Bleu noir ( Anthologie rivages noir)


    Arrêt sur quelques titres proposés :



    Le chanteur de Godspel, Harry Crews – Série noire de Gallimard 1995

    L’itinéraire miteux d’un sous-Elvis pas très net…
    A Enigma, Géorgie, les routes n’ont pas l’habitude des Cadillacs. Pourtant depuis des mois, alors que la canicule suce la terre, on guette l’arrivée d’une certaine cadillac pour qu’enfin la pluie tombe et que le miracle advienne. On attend le chanteur Godspel… Il a fait le tour du monde, n'empêche qu'il est né à Enigma et que tout le monde attend qu'il revienne au pays pour chanter en souvenir de Mary Bell. Rien ne se passe dans ce bourg d'où personne ne sort jamais. Mais aujourd'hui n'est pas un jour comme les autres. Non, c'est le jour du retour de l'enfant prodige. L'homme par qui les miracles arrive, revient pour voir ses parents. Alors, tout le monde attend, même Wilalee Bokatee, le prédicateur noir accusé d'avoir assassiné MaryBell de soixante et un coups de pic à glace, après ou avant l'avoir violée car le shérif n’a pas retrouvé la culotte. Le plus fou (mais les autres le sont-ils moins) des livres d'Harry Crews. Noir. Très noir. Son humour comme son univers de monstres trop humains. Harry Crews est un auteur aussi puissant que tourmenté, et on ne sort jamais indemne de la lecture de ses romans

    Article sur l’auteur à l’adresse : http://www.polars.org/article74.html



    Wake Up Little Susie -Ed Gorman – éditions de l’aube – 2006

    Le titre nous plonge directement dans la période durant laquelle se déroule ce roman d’Ed Gorman : 1957. C’est en effet cette année-là que sort « Wake Up Little Susie » tube international des Everly Brothers, devenus vedettes du country soft et idoles du rock américain naissant.

    Clip sur Youtube : http://www.youtube.com/watch?v=pabt0QXJ_GY

    Le 14 septembre 1957, c'est le jour du lancement officiel de la Edsel, dernière création de la gamme Ford qui sera un sensationnel fiasco commercial. En attendant, la petite ville de Black River Falls se prépare à la fête dans une ambiance de kermesse très américaine quand une jeune femme, épouse d'un ambitieux homme d'affaires, est retrouvée morte dans le coffre de l'un des trois modèles exposés chez le concessionnaire local. McCain, jeune avocat qui arrondit ses fins de mois en enquêtant pour le compte de la juge Esme Anne Whitney, se voit une fois encore obligé de faire équipe avec le chef de la police locale Cliff Sykes, son pire ennemi. Un cadavre dans le coffre d’une voiture, une jeune et belle jeune fille qui disparaît, un policier lourdaud et incompétent, une mystérieuse blonde à la conduite intrépide… rien ne tourne vraiment rond dans la tranquille petite ville de Black River Falls, véritable image d’Epinal de la ville américaine moyenne dans des années encore marquées par les fantômes de la crise de 29 et de la Deuxième Guerre mondiale. Dans cette drôle d’atmosphère où flotte en permanence un vieux standard du rock et quelques effluves de Lucky Strike, l’anticonformiste Sam McCain va devoir faire démonstration de tout son talent d’enquêteur.



    Graine de Violence, Evan Hunter ( alias Ed MacNain) Manitoba les belles lettres- Le grand cabinet noir (200)

    L’histoire d’un homme qui occupe son premier poste de professeur dans un lycée professionnel. Il sait qu’il aura affaire à des élèves difficiles mais, après deux ans de service dans la Marine, il se croit de taille à les dompter par la douceur et la compréhension. Graine de violence a été adapté au cinéma par Richard Brooks. Le film Blackboard Jungle est sorti en 1955 et il met du “Rock'n roll” dans sa musique avec le célèbre "Rock around the clock" de Bill Haley et ses “Comets”.

    Ce film est une étude réaliste et vigoureuse de la délinquance juvénile dans les milieux urbains populaires américains, et des rapports entre les jeunes (rapports selon les origines ethniques - Afro-américains, Portoricains, Irlandais, WASP, Sino-américains ...- et rapports en fonction des clans, des bandes, des gangs). Miller, le seul élève noir de la classe de Dadier, interprété par Sidney Poitier est, parmi les autres élèves, l'élément le plus digne, le plus courageux et le plus lucide, c'est un chef-né, et c'est grâce à sa collaboration que le professeur va inculquer à ses élèves un comportement positif. Ce film va à l'encontre de beaucoup de préjugés en vogue à l'époque.



    Fatal Song, Carl Hiaasen – Denoël, Rivages-Noir 2007

    L'univers de Carl Hiaasen est peuplé de personnages loufoques et caricaturaux en quête d'aventures rocambolesques aux dénouements incroyables. Sur fond de Floride, sa région natale, il dépeint les travers d'une Amérique décadente lorsqu'elle cède à la facilité. Chroniqueur au Miami Herald depuis de nombreuses années, il a publié plusieurs best-sellers édités dans le monde entier, dans lesquels il alerte les lecteurs des menaces qui pèsent sur notre société. Fatal Song est un pamphlet contre la société américaine et ses dérives médiatiques.

    Résumé de Claude Mesplède : « Pour avoir dit ses quatre vérités au nouveau propriétaire de l'Union-Register, un quotidien de Floride, le brillant journaliste Jack Tagger se retrouve confiné depuis quelques mois à la rubrique nécrologie. Jack a critiqué vertement la nouvelle ligne éditoriale qui consiste à transformer un journal réputé pour son sérieux en un ramassis d’informations racoleuses. Chargé d’écrire la nécrologie de Jimmy Stoma, ex-star sulfureuse du rock, qui vient de se noyer au large des Bahamas, il soupçonne ce décès de ne pas être naturel. Bien qu’interdit d’enquête et malgré l’opposition de sa chef de rubrique Emma l’Impossible dont il est amoureux, Jack se met à fouiner. Il interroge ceux qui ont connu la star, notamment sa veuve, la chanteuse Cleo Rio, dont les larmes de crocodile cachent mal une attitude plus que suspecte. Jack s’entête et il va mettre à nu quelques dessous peu reluisants du showbizz. Normal, on ne la fait pas à un journaliste qui, comme lui, connaît bien la musique...
    Carl Hiaasen a bâti sa réputation grâce à plusieurs thrillers écologiques à l’humour ravageur dans lesquels gravitent une galerie de personnages des plus farfelus. Moins délirant mais toujours aussi caustique, Fatal Song porte un regard sans concession sur le milieu journalistique dominé par les groupes de presse tout en épinglant au passage certaines pratiques crapuleuses du showbizz. »

    Bibliographie chez Denoël à l’adresse ci-dessous:

    http://www.denoel.fr/Denoel/Control.go?action=rech&idauteur=16034


    Passé imparfait de Jinky Friedman – Rivages-Noir 2007.

    L’auteur est aussi musicien, ami de Bob Dylan et Willie Nelson. Tous ses romans se déroulent sur fond musical. Passé Imparfait se déroule à Greenwich Cillage où un cow-boy et chanteur de country juif survit en se produisant au Lone Star Café. La vie de Ratso est devenue dangereuse depuis que l’activiste Abby Hoffman, leader du Youth International Party, a quitté la clandestinité et s’est invité chez lui. Le romn dépenit l’Amérique des années 1960 et 1970.



    Nous rajoutons à la liste de L’Ecailler quelques autres ouvrages…



    - Les héros oubliés du Rock’nRoll : « Nick Tosches a commencé à écrire pour des magazines de rock, avant de se lancer dans le polar (cf. la très bonne réédition en Folio de Trinités). Il n'en a pas pour autant délaissé ses premières amours puisqu'il a déjà sorti Country : les racines tordues du rock n' roll (aux éditions Allia aussi) et qu'il nous offre ce coup-ci Héros oubliés de rock n' roll. "Le Blues, la country et leur bâtard prodigue le rock n' roll, ont en commun une chose fondamentale et envahissante : la connerie. Ils sont, pour l'essentiel, la musique de la folie et non de la sagesse"… le ton est donné est on est loin des papiers compassés, des articles lissés ; Tosches la gouaille vous offre le début de la légende, dans un style décapant et truculent, vous parle des fondateurs, sans qui Elvis ne serait pas là, vous fait rire et découvrir le rock n' roll, avec des propos rock n' roll. Yeah !!! » avis sur le site http://www.entre2noirs.com
    - Son premier ouvrage, Hellfire, biographie de Jerry Lee Lewis publiée en 1982, le place d'emblée au rang des écrivains majeurs de la scène musicale. Les biographies qu'il écrit par la suite retracent les itinéraires de Dean Martin, Michele Sindona, Sonny Liston, Emmett Miller (un des derniers chanteurs de minstrel show) et Arnold Rothstein. Nick Tosches a également publié un recueil de poésie, Chaldea, et trois romans : Cut Numbers, Trinities et In the Hand of Dante. Ce dernier est considéré par l'auteur lui-même comme son meilleur ouvrage. Ses textes ont en outre été publiés dans les revues Vanity Fair et Esquire. Il fut l'un des plus grands critiques de rock américains. Son dernier roman, Le roi des juifs, vient de paraître chez Albin Michel. Ses écrits ont été regroupés dans un recueil : The Nick Tosches Reader.



    - "Dieu a tort" de J.J. Busino considéré par certains comme le polar rock par excellence. Un producteur musical à l'affût de tout bon nouveau commercial tue au hasard des êtres qui ont le malheur de croiser sa route. Dans le métier, l'homme est considéré comme génial et complètement barge, violent et frappadingue. Mais il a l'oreille... et un besoin dément de pureté chez les autres, au point de jouer lui-même au Créateur. On y apprend entre autre comment baiser une table de mixage. L’éditeur annonce : « Le sac d'une femme reste un mystère au même titre que le cerveau humain. Les clés mirent le temps d'une psychanalyse à sortir de sa besace. Ce soir la serrure de la vieille porte d'entrée s'ouvrit sans poser de problème. ll entra dans l'allée et chercha à tâtons l'interrupteur. La montée d'escalier était dans l'obscurité complète et les kirs royaux qu'elle avait bus avec ses compagnons d'université la firent presque chuter. Elle se rattrapa à quelque chose qu'elle mit un moment à reconnaître comme un bras. Elle descendit le long du membre et découvrit une main serrant quelque chose. Comme si un membre supérieur se promenait seul dans la nuit dans les allées, elle demanda à l'obscurité s'il y avait quelqu'un. Dieu, en parfait administrateur, reprend toujours d'une main ce qu'il donne de l'autre. Par l'auteur de Un café, une cigarette. »


    On pourrait citer bien d’autres auteurs comme David Peace entr’autres. Nous avons choisi, en dernier lieu , de citer la collection « Polar Rock » aux Editions Mare Nostrum :

    « Sex, drugs and rock 'n' roll » est la fameuse maxime de Ian Dury. Voici venu le temps du polar rock "où les héros s'envoient des rails et baisent les étoiles". Fort de ce beau constat, Serguei Dounovetz, a créé la collection Polar rock chez Mare Nostrum.

    Il a répondu aux questions de Fluctuat et nous vous reproduisons un extrait concernant le musicien de rock et l’auteur qu’il est : « Je suis un auteur de littérature de genre. J’ai été publié notamment au Fleuve Noir. Le polar est mon genre littéraire de prédilection. Mais avant de jouer de la plume, à la fin des années 1970, j’étais chanteur et guitariste rythmique dans un groupe de rock parisien qui s’appelait "Les Maîtres nageurs". Tous mes bouquins transpirent le rock. Dans mes histoires les protagonistes en écoutent. Je cite parfois quelques groupes, non pas pour faire "genre", juste pour donner une indication au lecteur, afin qu’il situe un peu mieux les goûts de mes personnages, leur façon de fonctionner. Mes héros sont le plus souvent issus de milieux marginaux, underground, où la musique fait partie intégrante de leur vie. De plus, j’écris le plus souvent mes romans en écoutant du Rock. Il n’est pas rare que j’attaque un chapitre avec NOFX ou The Ramones à fond les ballons ».

    L’idée de créer une série de polars autour du Rock lui serait venu d’une discussion de comptoir avec Jean-Bernard Pouy, créateur du Poulpe. « C'est un fêlé de Rock, dit-il ».

    Et il ajoute : « Les auteurs que j’approche sont de ma génération. On a bouffé du rock depuis tout petit. En 1976, quand les Pistols déboulent, on a 18 ans. Les mecs qui ont traversé les Seventies pendant leur adolescence et qui ont tripé sur le Rock’n roll ne peuvent pas en sortir indemnes. Ils sont marqués, d’autant plus pour des auteurs de polar.
    Il y a un lien direct entre le roman noir et le rock, le rythme de l’écriture, le style nerveux, la puissance de feu, la violence, le sexe, la défonce, la poésie et d’autres ingrédients que l’on retrouve dans ces deux cultures.
    Nos vieux faisaient du polar Jazzy, feutré, whisky et petites pépées. Nous, les héros de nos histoires s’envoient des rails et baisent les étoiles… »


    Pour les propos recueillis par Maxence Grugier, allez à l’adresse ci-dessous :

    http://www.fluctuat.net/5958-Polar-Rock-editions-Mare-Nostrum



    Serguei Dounovetz a écrit en 2000 « Fleur de bagne » dont le résumé illustre l’esprit de la collection Polar Rock : « J'aime deux choses dans la vie : ma guitare et ma fleur de bagne. Un tatouage n'est jamais innocent, il respire, il a sa propre histoire et la foutue greluche qui tortille ses fesses sur mon avant-bras est loin d'être innocente. Pulchérie aussi a un tatouage, plus intime, plus près du corps. Pulchérie, c'est ma gonzesse et elle est en cloque jusqu'aux yeux. Je déteste les femmes enceintes, alors je m'accroche à mon tatouage. Sur l'écho, il semblerait que ce soit une petite pisseuse qui se pointe. Je suis jouasse, mais j'ai peur. Surtout depuis qu'une bad girl a laissé en consigne, dans l'étui de ma guitare, un bon kilo de coke sans que je puisse m'empêcher de mettre le nez dedans. Ce truc, ça aiguise le tempérament, mais ça attise aussi les convoitises et les représailles. Maintenant, j'ai un tueur qui me colle aux tiagues et le tatoueur qui veut s'envoyer ma fleur de bagne. Un tatouage n'est jamais innocent..


    Les romans de la collection Polar Rock sont carrés comme une pochette de 45 tours, ou de CD 2 titres. Rapide, concis, immédiat, comme une novella (petit roman autour de 100 pages).
    Le but est que le lecteur lise le texte d’une traite sans lâcher le tempo.

    Finalement le polar rock, il faut qu’il sonne « Rock’n roll ». C’est une alchimie, ça s’invente pas, tu es Rock ou pas.

    Déjà parus dans la collection Polar rock :

    Serial Loser de Pierre Hanot
    Fleur de bagne de Serguei Dounovetz
    Un grand bruit blanc de Laurent Fétis
    A paraître :
    Les portes du garage de Thierry Crifo
    Nota : Jean-Bernard Pouy, Jérôme Leroy et Marcus Malte ont également accepté de signer un polar chez Mare Nostrum.



    Bonus :

    Biblioblog : Philippe Carrese, romancier, cinéaste et musicien a été interviewé par Laurence… Comme il ne s’est pas exprimé à l’Alcazar, nous lui donnons la parole…

    Extrait sur le polar et la musique :

    « Laurence : Dans ces trois romans, la musique prend une place de plus en plus importante. Pratiquement absente dans « Trois jours d'engatse » (1994), anecdotique dans « Conduite Accompagnée » (2002) elle prend toute ses aises dans « Une belle histoire d'amour » (2003). Je sais que vous êtes par ailleurs musicien de Jazz. Pourquoi avoir attendu si longtemps avant de mêler réellement la musique à vos écrits?

    Philippe Carrese.: J’ai essayé de ne pas tout mélanger, surtout de ne pas tomber dans ce cliché, justement, du polar associé avec le jazz des années cinquante, et qu’on retrouve encore aujourd’hui dans nombre de romans qui se veulent pourtant contemporains. Les approximations et les lieux communs qui courent dans et autour des romans noirs me nifflent particulièrement. Ça me parait aussi tartignole (et aussi vain, aujourd’hui) de décrire un détective avec un imper dans un bureau avec machine à écrire éclairé par le soleil qui filtre a travers les stores, que de lui faire écouter du jazz dans un bar enfumé. Et surtout quel jazz ? (et surtout quel bar ? A Marseille, il n’y a plus un seul lieu où on puisse écouter du jazz). Cette musique est suffisamment riche et vivante pour éviter les éternels standards éculés. Des qu’il s’agit de musique, je deviens maniaque. C’est un univers qui me touche trop.

    L : Pourrait-on imaginer un futur roman où la musique serait le ressort principal de l'intrigue?

    P.C.: Absolument. Mais ça deviendrait alors peut-être un livre pour spécialistes. Je ne sais pas encore. Une course poursuite entre Stravinsky et les contrebassistes du Sacre du Printemps qui refusent de désaccorder leurs instruments ? Un roman à tiroirs, avec trois histoires simultanées sur Charles Ives ? Un roman construit sur le modèle structurel et harmonique de la valse de Ravel ? Ça ne sera peut-être pas le prochain, mais un de ces jours…"



  • Commentaires

    1
    visiteur_Emmanuel Pa
    Jeudi 3 Avril 2008 à 11:02
    Bonjour M. Ceccaldi, et merci pour ce dossier impressionnant qui me fait d'autant plus regretter de n'avoir pu assister à cette manifestation (j'ai une excuse : j'étais au Quai du polar...).
    J'ai suivi votre conseil et ouvert un "blog de traducteur", sur http://journalduntraducteur.wordpress.com
    que je vous invite à découvrir.
    Au plaisir de vous revoir bientôt (le 11 à l'Ecailler ?),
    E.P.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :