• Robin RENUCCI, une bouffée d'air corse au festival du cinéma d'Aubagne

    Robin Renucci apporte une bouffée d’air ( Aria ) corse au FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM D’AUBAGNE qui se déroule du 26 au 31 mars 2007



    Lettre de l’équipe de Festival :

    « Chers visiteurs,
    Dans quelques jours le 8e Festival International du Film d'Aubagne ouvrira ses portes. Le programme est en ligne et vous pouvez dès à présent programmer vos visionnages.
    La compétitions courts métrages comprends toujours huit programmes mais le nombre de films reçus, toujours en augmentation (plus de 900 courts), nous a obligé à vous donner plus de films à voir, pour notre plus grand bonheur, et le vôtre n'en doutons pas. La compétition longs métrages ouvrira une large lucarne sur le monde. La sélection est riche et éclectique et là aussi le choix a été rude car de plus en plus de films nous parviennent des quatre coins du monde.
    Cette année, nous vous proposons un Regard sur l'Afrique avec, notamment, la venue de la Compagnie ivoirienne Ymaco Teatri qui sait si bien fusionner tradition du conte africain, danse, musique et cinéma. A ne pas manquer !
    2007 sera l'année des 10 ans du SIRAR, que le festival accompagne depuis ses débuts. Un dispositif unique d'aide à la réalisation de premiers courts métrages et d'aide à la composition de musique de films...
    Nous vous souhaitons une bonne visite... et à bientôt de vous accueillir sur le festival. »

    Site du festival à l’adresse ci-dessous :
    http://alcime.nuxit.net/

    Les longs métrages - Présentation:

    Qu’est ce que le cinéma ? Au sein d’un Festival la question devient : quel est le cinéma que nous souhaitons montrer ? Quels sont les longs métrages que nous devons retenir parmi les 150 reçus ? Investis d’une mission, celle de montrer des premières œuvres avec une musique originale, les comités de sélection ont souhaité partager avec le public le plaisir de découvrir des œuvres empreintes de sincérité et de créativité cinématographique et musicale.
    Ainsi, "Sempre Vivu" et "Cheech" nous captivent par leur intrigue loufoque et leurs personnages à la fois tendres et surprenants. Grâce à la fluidité narrative de "J’invente rien" et "Falafel", proposent une réflexion poétique et émouvante sur la quête de chaque individu et sur les relations humaines.
    Dans un univers maîtrisé, "Quelques kilos de dattes pour un enterrement" et "Ahlaam", mettent en lumière des destins soumis à une réalité sociale et culturelle. Le documentaire "VHS Kaloucha" nous plonge dans une formidable allégorie sur les productions "à l'arrache" de films amateurs. Enfin "What’s a Man without a Moustache" dans un rythme effréné, nous entraîne dans les aléas amoureux familiaux, existentiels d’une petite communauté croate.



    La bouffée d’air corse :



    SEMPRE VIVU, long métrage de Robin Renucci, en compétition, projection le jeudi 29 mars 2007 à 20 Heures au cinéma " Le Pagnol ", Aubagne.

    Interprètes : René Jauneau, Angèle Massei, Wladimir Yordanoff, Elise Tielrooy, Pierre Laplace, Nathalie Grandhomme, Guy Cimino, François Berlinghi, Jo Fondacci

    Fiche technique : réalisation : Robin Renucci, scénario : Robin Renucci, Jean-Bernard Pouy, Pierre Chosson, Ricardo Montserrat, Stéphane Gallet, Jean-Louis Milesi, image : Bruno Privat, son : Maxime Gavaudan, montage : Lisa Pfeiffer, musique : Pierre Gambini, production : Agora Films, France, France 3 Cinéma, Canal+

    Synopsis : Faute d’avoir vérifié que son patriarche était bien mort, un village corse est pris dans un tourbillon de mensonges et de quiproquos. Quand le mort qui n’est pas mort ne laisse personne en paix, entraînant dans une valse folle, femmes, enfants, officiels et voisins, la comédie vire au jeu de massacre. En Corse, on ne plaisante pas avec la mort ? Mais si !

    Robin Renucci, réalisateur :
    Réalisateur, Acteur, Scénariste français Petit-fils d’un forgeron corse, Robin Renucci passe une enfance paisible entre la Bourgogne et l’île de Beauté. Très tôt passionné par le monde du théâtre, il crée des spectacles de rue, étudie pendant deux ans au cours Dullin et intègre le Conservatoire d’Art Dramatique de Paris, avec pour professeurs Antoine Vitez, Jean-Paul Roussillon et Marcel Bluwal. Il fait sa première apparition à l’écran en 1981 dans les Eaux profondes de Michel Deville, un cinéaste qu’il retrouvera deux ans plus tard pour La Petite Bande. Interprétant souvent des séducteurs tourmentés, Robin Renucci devient vite un des jeunes comédiens les plus en vue de la nouvelle génération. S’il prend part à des succès tels que Coup de foudre et Vive la sociale, et à la fresque de Corneau Fort Saganne, il connaît la consécration grâce à Escalier C de Tacchella : sa prestation de critique d’art misanthrope lui vaut une nomination au César du Meilleur acteur en 1986. Il enchaîne avec un autre rôle marquant, celui d’un jeune journaliste dans le corrosif Masques de Claude Chabrol, réalisateur qui le mariera 20 ans plus tard à la juge Isabelle Huppert dans L’Ivresse du pouvoir (2006). A partir des années 90, Robin Renucci multiplie les apparitions sur le petit écran, mais se fait moins présent au cinéma. Goûtant peu le star system, il se consacre alors au théâtre, à la fois comme acteur et comme initiateur d’ateliers de création et de formation en Corse. On retrouve néanmoins le comédien dans les œuvres délicates de René Féret ou Bertrand van Effenterre, ainsi que dans de nombreux films d’époque, de La putain du roi à Arsène Lupin (2004) en passant par Les Enfants du siècle. Déjà auteur d’un téléfilm diffusé en 1998, il signe en 2006 son premier long métrage pour le cinéma, Avà hé mortu!.
    http://alcime.nuxit.net/articles.php?lng=fr&pg=172

    Certains critiques comparent Robin Renucci à Emir Kusturica et nous lui souhaitons toutes les palmes possibles en commençant par celle du Festival international d’Aubagne… Jusqu’où ira la comparaison ? Renucci a-t-il créé un univers qui lui est propre ? Nous réserve-t-il quelques envolées comme a su le faire Kusturica, c’est-à-dire des moments magiques: le nuit de la Saint-Georges dans Le Temps des gitans, ou le mariage dans Underground, ou un fil conducteur qui prend l’apparence d’un poisson volant dans Arizona Dream, ou un éléphant voleur de chaussures dans Underground, ou encore une maison qui s’envole dans Le temps des gitans… Doit-on s’attendre à un mélange onirique d’allégorie et de poésie ? A-t-il trouvé en Pierre Gambini le Boran Brégovic de Kusturica ?… Chagall or not Chagall ? Autant de questions auxquelles nous trouverons des réponses le Jeudi 29 mars 2007 à 20 Heures au cinéma Le Pagnol à Aubagne. De toute façon, Il nous paraît impossible d’être déçu par Robin Renucci , influences kusturiciennes ou pas.



    L’ARIA, association dirigée par Robin Renucci :

    Robin Renucci est l’inspirateur et le directeur de l’association L’ARIA qui a donné un peu d’air frais à des villages de Balagne.

    Site de L’Aria à l’adresse ci-dessous :
    http://www.aria-corse.com/

    L’association a été créée en 1998 par le comédien Robin Renucci. L’ARIA (Association des Rencontres Internationales Artistiques) est un pôle d’éducation et de formation par la création théâtrale dans la tradition de l’Education Populaire. Située dans la micro-région du Giussani (au cœur du Parc Régional de Haute Corse), son installation a permis la re-dynamisation d’un territoire en voie de désertification.

    Chaque été, les Rencontres Internationales de Théâtre en Corse, ont fait la renommée de L’Association. Cependant l’ARIA organise des activités tout au long de l’année.

    En 2006, ont eu lieu les 9ème rencontres mais nous reviendrons 4 ans plus tôt aux 5èmes Rencontres Internationales de Théâtre en Corse, avec le spectacle Corse noire d’après des textes de Marie Susini et Prosper Mérimée… Corse noire, un recueil de nouvelles et …
    " Le matin dans le maquis se laisser enivrer par les lumières et les odeurs de myrte; saisir l'instant indécis où le soleil sombre pour laisser place aux esprits de la nuit, le moment où l'innocence de l'enfance bascule. Puis s'aventurer dans la nuit des bandits avec leurs histoires d'honneur et de vengeance.
    Entre splendeur et tragédie, naissance du monde et fatalité de la mort, honneur et vendetta, interroger la langue et les histoires d'un pays où sont enfouies nos racines.
    Corse noire, est un spectacle en trois fragments conçus et réalisés par Anne-Marie et Frédérique Lazarini.
    Sur le chemin de l’arrivée, les spectateurs sont d’abord accueillis par des " bandits " qui leur racontent leur histoire tirée de récits d’écrivains voyageurs du XIXéme siècle, Ponson du Terrail, Rosseeuw Saint-Hilaire, Alphonse Daudet, Albert Glatigny, Guy de Maupassant…etc…
    Puis sur la scène, les trois morceaux du triptyque, Mateo Falcone de Prosper Mérimée, Plein Soleil et La Renfermée la Corse, deux textes de Marie Susini adaptés par Sylviane Bernard-Gresh "

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :