• Un regard lucide et drôle sur la naturalisation et l’immigrée arabe.

    ma-marseillaise-de-darina-al-joundi-livre-theatre

    Nous avions déjà assisté au spectacle, Le jour où Nina Simone a cessé de chanter, et même lu ce livre d’une magnifique comédienne, Darina Al-Joundi. On retrouve le même personnage dans "Ma Marseillaise". Noun, l’héroïne du Jour où Nina Simone a cessé de chanter, a quitté le Liban pour s’installer à Paris. Après avoir affronté la guerre, la drogue, les coups, l’hôpital psychiatrique,elle se livre à un nouveau combat pour obtenir la nationalité française. Darina El-Jouni est passée par là et  les péripéties pour y arriver lui ont inspiré un nouveau monologue.

    Noun est une révoltée, éprise de justice. La société libanaise ne lui permet pas de vivre normalement car une femme qui se révolte contre les archaïsmes est considérée comme une folle. Pire son métier de comédienne lui vaut l’insulte de « pute ». Elle décide donc d’émigrer. Au Québec ? Il y fait Trop froid et, pour fumer, il faut aller dans la rue. A New York ? C’est une ville bétonnée et bruyante. Elle choisit Paris et la France. D’abord titulaire  d’une carte de séjour provisoire renouvelée tous les neuf mois, elle décide d’obtenir la nationalité française comme les « Français français ». Pas simple  déjà d’arriver à rester cinq ans en France où, à chaque renouvellement du séjour. L’incertitude à échéances rapprochées et la peur au ventre chaque fois qu’il faut refaire les démarches administratives. C’est une course effrénée jalonnée de complications, de nouvelles demandes de documents, de réponses négatives... Pour tenir la distance, il faut être volontaire et déterminée comme Nour qui se motive en chantant la « Marseillaise ». Elle la chante aussi parce que, pour obtenir sa naturalisation, il faudra qu’elle connaisse l’hymne national, texte et musique. Au rythme des couplets de La Marseillaise, qu’elle a apprise par cœur, elle interroge les fondements de la laïcité de sa terre d’accueil.

    L’auteure et actrice de ce monologue puise largement dans son vécu. En excellente comédienne, elle sait être émouvante ou drôle, se jouer de la tragédie et de la comédie. Elle est engagée dans la lutte des femmes et notamment des femmes arabes puisqu’elle partage avec elles ses origines. Elle a le courage de s’attaquer à des sujets brûlants comme ceux de l’excision, de la répudiation, de la lapidation mais aussi du port du voile ou de la burka. Elle se révolte contre ses femmes musulmanes qui, dans des démocraties laïques, acceptent volontairement le voile alors que leurs sœurs restées au pays sont contraintes à le porter mais aussi à supporter un patriarcat d'un autre âge. Dans des pays où la Charia a été décrétée ou pèse sur la société, les femmes n’ont pas le droit de s’habiller comme elles le souhaitent. Nour révèle de façon anecdotique que le port du pantalon est interdit et qu’arrivée en France, elle a découvert qu’une vielle loi française, scorie machiste oubliée, l’interdisait aussi. Elle se désespère à la simple pensée qu’elle pourrait retrouver en France ce qu’elle a fui. Ses peurs sont toujours avec elle, y compris celle de la guerre qu’elle a vécue au Liban, des bombardements et des assassinats. Pourtant à Paris, elle choisit un logement parce que la salle de bain la met à l’abri des tirs.

    Nour est éprise de liberté, d’égalité et de fraternité. C’est un eldorado humaniste qu’elle espère trouver en France. Nous avons vu le spectacle le 8 mars dernier, journée internationale des droits des femmes. Si des progrès sont encore à faire dans les démocraties laïques, il ne faudrait pas revenir au Moyen-âge. Chaque lâcheté face aux revendications intégristes est une atteinte au combat des femmes et en premier lieu des femmes arabes musulmanes ou pas. Noun raconte l’histoire d’une femme musulmane en Allemagne. Celle-ci était maltraitée par son mari et a eu le courage d’aller devant la justice. C’est une autre femme allemande, magistrate en charge du dossier, qui a rendu un déni de justice en renvoyant la plaignante à ses origines et à sa culture permettant à son mari de la battre. Cette affaire avait fait grand bruit et provoqué un dessaisissement de la magistrate machiste. Il ne faudrait pas qu’un jour, dans les démocraties laïques, les décideurs autorisent des immigrés à appliquer la loi de leurs pays d’origine. Un premier pas a été fait pour ce qui concerne le droit du travail et la fiscalité, ce qui a conduit au dumping social. Evitons le dumping reIigieux et moral. Il ne faudrait pas qu’une république démocratique et laïque laisse des femmes musulmanes soumises aux intégristes de tous poils sous prétexte qu’elles ne sont pas naturalisées ou simplement d'une origine culturelle différente de celle du pays d'accueil.

    Noun revendique le siècle des lumières et ses philosophes français mais elle connaît aussi les penseurs arabes (qu'elle cite) qui enseignent un Islam tolérant et une version du Coran qui n’a rien à voir avec celle des Intégristes. Elle revendique cette double culture et  témoigne  d’un bel humanisme.

    Par ailleurs, sous la poussée de la xénophobie, il ne faudrait pas rendre la procédure de naturalisation injuste.  Le témoignage de Noun reprend avec humour quelques réalités de cette procédure.. Un étranger qui souhaite acquérir la nationalité française devra, désormais connaître l’histoire et la culture françaises. Pasqua et Sarkozy ont ouvert le chantier et Manuel Valls a posé la dernière pierre en ce qui concerne les conditions de naturalisation en France.  Depuis juillet 2012, le candidat doit répondre à un questionnaire à choix multiple et savoir chanter La Marseillaise. Combien de Français connaissent l’hymne national en entier et sont capables de le chanter juste ? Si on regarde les matches de foot internationaux, on peut se poser la question en ce qui concerne nos footballeurs tricolores mais ils ne sont pas les seuls. La remise des décrets de naturalisation se fait de façon cérémonieuse dans les préfectures où il est de bon ton que les nouveaux citoyens français entonnent notre hymne national.

    Un test d’évaluation permet aussi d’attester du niveau de français et d’assimilation des candidats à la naturalisation grâce à un score compris entre 5 et 495 points. Il faut atteindre 160 points pour le réussir. Quelques questions relevées montrent l’esprit de ceux qui les ont concoctées. Les questions apparaissent surréalistes et carrément une insulte à l’intelligencelorsqu’elle s’adresse à une immigration dite « choisie », c’est-à-dire de gens instruits et diplômés. 

    Les guerres de religion, au XVI ème siècle, ont opposé :
     catholiques et protestants
     chrétiens et musulmans
     écoles publiques et écoles privées

    Lequel de ces trois hommes n’a pas été Président de la République ?
     Valéry Giscard d’Estaing
     François Mitterrand
     Victor Hugo

    Le Mont-Saint-Michel est situé :
     en Méditerranée
     sur une île de la Seine
     en Normandie

    L’hymne de la France est :
     la Marseillaise
     la Versaillaise
     la Paimpolaise

    Notre-Dame de Paris est :
     un lieu de culte
     un bâtiment administratif
     une salle de concert

    Le nom de la France provient :
     des Francs
     de la franchise
     de la langue française

    Brigitte Bardot fut :
     une actrice de cinéma
     la créatrice d’une maison de couture
     la première femme championne de boxe

    De ces trois personnalités, laquelle n’est pas un chanteur ?
     Claude François
     Michel Platini

    Les premiers peuples connus qui ont habité la France sont :
     les Crétois
     les Gaulois
     les François

    Lequel de ces fleuves coule en France :
     le Nil
     la Loire
     le Danube

    Michel Platini est connu pour avoir joué
     du violon
     au football
     aux échecs
     
    Le Tour de France est :
     une épreuve cycliste
     un bâtiment
     une compétition de pétanque

    Edith Piaf est :
     une chanteuse
     une championne de cyclisme
     une spécialiste des oiseaux

    Laquelle de ces montagnes n’est pas en France :
     le Mont Blanc
     le Mont Zeppelin
     le Mont Canigou 9)

    Qui était Jean Moulin ?
     un chanteur de l’entre-deux guerres
     un préfet entré dans la Résistance
     un ministre du général de Gaulle

    Al-joundi_cni

    Nous avons été heureux d’apprendre que Danina Al-Joundi a obtenu la nationalité française grâce à ses talents de comédienne et d’auteure. Elle a aussi réussi aux tests et connaît tous les couplets de la Marseillaise. En ce qui concerne la culture française, elle en sait certainement plus que ceux qui l’ont questionnée. Elle est maintenant heureuse d’être française sans renier ses origines. Elle sait ce qu’elle a quitté et ce qu’elle est venue chercher en France. Il est dommages que, lorsque l’on remet un décret de naturalisation, l’Etat ne s’engage pas à maintenir la démocratie, la laïcité, la liberté, l’égalité et les droits sociaux. Dans tout contrat moral, le respect doit être mutuel. C’est à cette condition qu’on réussit la fraternité.


    votre commentaire
  • D’abord je dois dire que le film m’a plu… Le choix du format pour éviter le côté carte postale, les lieux choisis qui n’ont rien à voir avec les sites touristiques et les plages. Pourtant tout se passe dans la région de Porto-Vecchio qui offre des plages magnifiques et où viennent de riches voire de très riches touristes dans des hôtels 4 à 5 étoiles aux tarifs très élevés en saison. Ce décor, c’est celui des personnages et de l’histoire. Ce n’est donc pas un film qui montre la beauté de l’île. C’est un film dérangeant qui met en scène la violence des jeunes face à celle des adultes si on évoque  la menace qui pèse sur nos héros en la personne d’un caïd local. L’histoire est inspirée par un fait divers qui remonte à 2008.

    Les Apaches

    Synopsis : Corse / Extrême Sud / Région de Porto Vecchio/ L’été. Pendant que des milliers de touristes envahissent les plages, les campings et les clubs, cinq adolescents de Porto-Vecchio trainent. Un soir, l’un d’eux conduit les quatre autres dans une luxueuse villa inoccupée dont son père est le jardinier ... La bande y passe clandestinement la nuit. Avant de partir, ils volent quelques objets sans valeur et deux fusils de collection. Quand la propriétaire de la maison débarque de Paris, elle se plaint du cambriolage à un petit caïd local de sa connaissance… Tout cela se termine par une tragédie : deux des voleurs décident de tuer celui qui les a conduits dans la maison cambriolée par peur d’être dénoncés, ils entraînent le quatrième dans l’assassinat de leur ami.

    Compte rendu du fait divers de 2008 dans le journal Corse-matin

    Point de départ de cette affaire, le cambriolage d'une résidence à Porto-Vecchio. Informés de ce vol, des amis du propriétaire enquêtent, parviennent à en identifier les auteurs et interviennent pour récupérer une partie du butin caché dans une cabane, dans le quartier de Pifano, notamment par l'intermédiaire du jeune Mounir.

    Aucune pression n'a été exercée à ce moment-là, disent-ils, aucune menace proférée, « un deal » avait été passé pour la restitution des objets dérobés. « J'ai fait le travail que les flics n'ont pas été capables de faire,dit l'un d'eux à la cour, j'ai tout récupéré sauf les cannes à pêche ».

    Quant aux jeunes cambrioleurs, ils craignent des représailles et paniquent, il leur faut neutraliser Mounir El Messaoui, perçu comme le maillon faible de leur groupe, pour lui imposer le silence. Ils le retrouvent dans le quartier de Pifano, et sous un prétexte inconnu, le conduisent en voiture à l'écart, sur la route de l'Ospedale. Sous la menace d'un fusil à pompe de calibre 12, Mounir El Messaoui est poussé vers le ravin, où il essuie un premier tir.

    « Il implore en vain »

    Blessé à l'abdomen et au coude, l'adolescent parvient à remonter la pente, court jusqu'à la voiture où deux autres jeunes attendent. Il frappe à la vitre, implore en vain de l'aide puis décide de fuir par la route. Il est rattrapé par son bourreau qui le ramène vers le ravin.

    L'arme s'enraie, de terribles minutes s'écoulent, Mounir supplie, mais le fusil change de main, il est rechargé. Deux coups sont tirés à bout portant, alors que Mounir, passif, est à terre, il est mortellement touché au thorax et au crâne.

    Le corps sera d'abord camouflé sous des branchages puis enterré, quelques jours plus tard, quelques kilomètres plus loin, à proximité d'un chemin en terre. C'est là qu'il demeurera deux ans durant lesquels les enquêteurs ont multiplié les investigations : on a battu la campagne, cherché la trace de Mounir, « parti sans argent, ni téléphone », dans les foyers d'accueil, les Restos du Cœur, auprès des compagnies de transports, on a survolé les étangs, lancé des avis de recherches par le biais des médias, même une voyante a été entendue.

    Les trois jeunes ont été arrêtés et sont passés en jugement. Le moins impliqué a été relaxé tandis que les deux autres ont été condamnés à des peines de prison. Ils ont été identifiés à la suite d’une dénonciation anonyme.

    Si Thierry de Peretti s’est inspiré d’un fait divers corse qui remonte à 2008, le même scénario s’est déroulé en 2012 en Seine Maritime. Je précise cela non pour délocaliser le problème mais pour dire que ce drame s’est aussi passé ailleurs qu’en Corse et pourrait se produire en Banlieue de Paris, à Marseille… partout où des jeunes n’ont pas de perspective d’avenir et n’ont pour exemple que des caïds locaux. Il est important de dire cela car notre Île trimbale suffisamment de poncifs sur la violence. Malheureusement la violence est universelle et la Corse, quoiqu’on en dise, n’en concentre pas plus qu’ailleurs chez les jeunes. En ce qui concerne le caïd local et ses nervis, on trouve toutefois un réalisme en référence au comportement de quelques personnages qui utilisent la peur pour s’imposer et faire des affaires. Leur action est plus dans la menace que dans les quelques exactions connues et dont la presse se fait l’écho amplifié. C’est cet écho qui a fabriqué le mythe du truand corse descendant du bandit d’honneur. C’est cette « corsitude » chargée des représentations stéréotypées que le vieux continent a forgé d’une île imaginaire vouée à un sot exotisme dont d’aucuns se servent sur l’île pour assoir un pouvoir et faire du fric. Une scène très réaliste (dans laquelle on voit festoyer les clients du secteur de plage réservé à une paillote de luxe où l’ambiance est celle des plages de St Tropez) montre l’un des nervis du caïd local balancer une liasse de billets sur la table où il a bu du champagne au milieu de belles nanas et de jeunes fortunés qui se déhanchent en maillots de bain avec un verre à la main. Quel contraste avec la vie de nos quatre jeunes voleurs occasionnels. Quel exemple !

    les-apaches-photo

    Le film les Apaches, pour moi, touche vraiment la réalité lorsqu’il décrit le contexte social dans lequel vivent ces quatre jeunes. Il met en évidence les disparités entre ces jeunes qui vivent en HLM ou dans un petit mobil home et les belles résidences avec piscines. Les disparités existent aussi au sein de la petite bande selon les origines. Il n’échappe pas au spectateur que les protagonistes ne sont pas tous d’origine corse. Cela pose la question de l’identité corse au Vingt-et-unième siècle. C’est aussi la réalité actuelle de la Corse avec ses dangers : celui du racisme bien sûr mais aussi celui du corsisme exacerbé qui fait que les nouveaux corses se veulent « plus corses que corses » et se conforment aux stéréotypes qui sont véhiculés par l’imaginaire collectif. Et puis il y a les revendications nationalistes bien présentes dans l’esprit de tous les jeunes insulaires, y compris chez les fils d’immigrés devenus plus corses que français, que « gaulois » comme ils désignent les touristes et les riches propriétaires de résidences secondaires. Tous les séparent de ce monde qui débarque pour les vacances. Ces jeunes notamment d’origine maghrébine ne trouvent toutefois pas vraiment leur place en Corse. Ils sont plus révoltés que leurs parents qui occupent des emplois de gens de maison ou de jardiniers. Il est déjà pas facile à une jeune corse de la diaspora de venir vivre en Corse sans se faire traiter d’empinsuté (devenu pinsutu), on peut imaginer l’effort d’intégration qui est demandé aux jeunes insulaires originaires d’ailleurs.

    Même si ce film a un aspect documentaire, il s’agit d’une nouvelle cinématographique : une nouvelle noire tendue par le talent du réalisateur. Les plans de séquences insistent sur cette tension psychologique en sollicitant ainsi davantage le spectateur, en le forçant à se concentrer sur les dires, les mimiques, les faits et gestes des personnages mis en scène. La scène finale implique totalement le spectateur et peut avoir plusieurs significations. Des jeunes nantis font la fête autour d’une piscine lorsqu’un jeune Corse rapporte le fusil de collection volé lors du cambriolage. Un plan séquence montre l’un des jeunes en train de désigner sans doute le jeune Corse et le film se termine sur les regards de ces jeunes gens soit hostiles ou inquiets, soit indifférents ou méprisants. Ils regardent aussi le spectateur et c’est en cela que le réalisateur a un jeu subtil. Avec qui le spectateur sera-t-il en empathie ? Avec le jeune corse voleur et assassin ou avec  ces jeunes nés de bonnes familles ? Pour moi, plus que l’histoire en elle-même, ce sont bien les dialogues, les regards et les personnages qui m’ont intéressé. En choisissant des jeunes de Porto Vecchio, le casting a été réussi. Ce film montre une partie de cette jeunesse corse d’origines diverses et rend parfois une atmosphère que l’on retrouve dans les livres de Jérôme Ferrari et Marcu Biancarelli, deux auteurs corses que Thierry de Peretti doit connaître et avoir lus. Puisque j’évoque ces deux écrivains, il est intéressant de lire leurs nouvelles parues dans un recueil collectif « Une enfance corse » (Editions Colonna) pour comprendre les difficultés d’intégration d’un jeune corse qui est né et a vécu sur le continent.  Dans leurs autres ouvrages, ces auteurs montrent des jeunes hommes et non pas des jeunes garçons mais tous traînent le même ennui qui les fait s’égarer dans l’alcool, la drogue, le sexe et la violence. Il s’agit là de la face noire de la Corse. Il reste tout de même des exemples encourageants à commencer par ces deux auteurs corses reconnus sur l’île où d’autres originaires d’ailleurs ont réussi leur vie. C’est l’occasion de rappeler qu’en Corse il y a des jeunes de toutes origines qui travaillent, qui passent  des diplômes, qui restent au pays ou s’expatrient pour trouver un emploi. Il y a proportionnellement beaucoup plus de vieux que de jeunes que sur le Continent. On n’y a pas les mêmes perspectives  de carrières et les mêmes salaires. Il n’y a pas autant de lieux de divertissements, surtout dans les villages. Et puis l'été, lorsque Porto Vecchio devient Saint Tropez, il faut de l'argent pour se saper et s'amuser.

    Le DVD du film est sorti le 4 février dernier.


    votre commentaire
  • 400591_461907700575620_112001165_n

    La  7eme  édition de « Polar à Drap » arrive ! C’est ce week-end à l’espace Ferrat.  Des moments culturels et conviviaux à partager avec une équipe rodée d’organisateurs à l’écoute de tous. C’est la rencontre entre passionnés de  littérature noire, qu’ils soient lecteurs ou auteurs.<o:p></o:p>

    La marraine du Salon est Dominique Manotti. Née à Paris en 1942 agrégée d’histoire, spécialiste de l’histoire économique du XIXème siècle, elle enseigne d’abord cette discipline en lycée. Après 1968, elle rejoint l’Université, au Centre expérimental de Vincennes, puis en tant que maitre de conférences à Paris VII St Denis. Auteure, elle applique les outils de la recherche historique à l’écriture de romans noirs à forte connotation économico-politique et sociale.<o:p></o:p>

    De nombreux auteurs seront présents et leurs biographies figurent sur le site du Salon de Drap. Pour y accéder cliquer ICI. Le polar corse sera représenté par deux auteurs insulaires : Jean-Pierre Orsi et Jean-Paul Ceccaldi. <o:p></o:p>

    Des débats et tables rondes font partie du programme avec le concours de Corinne Naidet de l’association « La noir ‘Rôde ».<o:p></o:p>

    Table ronde « Part d’ombre », 1ere partie samedi 1er février 14h30, avec Dominique Manotti, Marin Ledun, Michaël Mention et Romain Slocombe. 2eme partie dimanche 2 février à 14h30 avec Michel Embareck, Cédric Fabre, Thierry Crouzet, Ludo Sterman et François Médeline.<o:p></o:p>

    Dimanche 2 février à 11h : Face à face « Manipulations » avec Sylvie Granotier et Sandrine Collette.<o:p></o:p>

    Des projections de films commenceront le vendredi 31 janvier à 20h30, en ouverture Une affaire d’état, réalisé par Eric Valette, avec André Dussolier, Thierry Frémont…) adapté du roman de Dominique Manotti, Nos fantastiques années fric. Présentation de Dominique Manotti par Hervé Delouche, président de l’association 813 (813 : les amis de la littérature policière, association française créée en 1980 et qui regroupe les amateurs de littérature policière, publie dès ses débuts une revue consacrée au genre.)<o:p></o:p>

    Samedi 1er févier à 19h30 un concert littéraire autour du livre Les harmoniques, de Marcus Malte. L’auteur lira des extraits de son livre accompagné par les musiciens Virginie Teychené et Gérard Maurin.<o:p></o:p>

    Dans le cadre de son partenariat avec la SNCF, le salon de Drap diffusera la sélection des courts métrages du prix SNCF du polar, samedi premier février à 16h30, suivie à 18h30 du cocktail de bienvenue.  La sélection des courts métrages du prix SNCF du polar repassera le dimanche 2 février à 15h30. A 16h45, diffusion du court métrage « La curée », réalisé par Emmanuel Fricero.<o:p></o:p>

    Autres animations Samedi et dimanche :<o:p></o:p>

    - Exposition Pol’@rt<o:p></o:p>

    - Exposition d’affiches « Noir et blanc » créées par les élèves de l’école de Drap-Condamine.<o:p></o:p>

    - Diffusion du reportage avec Michel Tourcher réalisé par les élèves de l’école de Drap-Condamine.<o:p></o:p>

    -Scène de crime avec recherches d’indices animés par un membre de la police scientifique.<o:p></o:p>

    « Ripo le CaricaTouriste » proposera aux auteurs et au public de réalisés, sur le vif et en quelques minutes, leur portrait de caractère.<o:p></o:p>

    Venez nombreux comme chaque année ! Le seul regret que l’on peut avoir c’est de rater ce rendez-vous culturel sympathique. <o:p></o:p>

    Le programme officiel :<o:p></o:p>


    votre commentaire
  • 76582751_p

    De Sébastien Rutès, j’avais déjà lu les deux premiers romans publiés aux Editions L’Atinoir et  j’ai pu apprécier l’originalité des récits. Son  premier était historique : « Le linceul du vieux monde »  met en scène des personnalités ayant existé avec des personnages de fiction dans le milieu anarchiste.  Le deuxième « La loi de l’Ouest » est un hommage au western imbriqué dans une fiction contemporaine.  Les deux ont pour théâtre Paris comme son dernier roman « La mélancolie des corbeaux » (publié chez Actes Sud) dans lequel il quitte le monde des humains et donne une âme notamment à un corbeau mais aussi à tout un monde animalier  qui forme une société, de tous poils et de toutes plumes, parallèle à celle des hommes. Son éditeur présente l’ouvrage comme « une variation étrange et envoûtante sur le roman d’investigation, à mi-chemin entre la fable animalière et le conte philosophique ». C’est aussi un regard distancié, puisqu’animalier, sur la société humaine et sur la vie urbaine. Les rapports entre les êtres vivants vus à tire d’ailes change la perspective et peut interroger le  lecteur sur sa part d’animalité. Il n’est pas exclu que le héros à plumes de son roman ait quelques points communs avec l’auteur.

    Que nous dit la 4ème page de couverture : « Au parc Montsouris, le long des pentes de la voie ferrée désaffectée, Karka le Corbeau freux vit en ermite dans un arbre. Dédaigneux des Pies bavardes et des Canards cancaniers, ses voisins, il coule des jours mélancoliques à contempler le passage des nuages et la vie sur les rives du bassin, depuis qu'autrefois son aile fut brisée par un Epervier. Aux questions amères que lui inspire son destin il ne trouve pas d'autres réponses que celles que lui dicte l'instinct, dont il ne se satisfait guère. Animal marginal, il ressasse en solitaire sa nostalgie des forêts jusqu'au jour où les Mouettes colportent au parc la rumeur de la disparition des bêtes du bois de Boulogne et que Krarok, le Grand Corbeau du Conseil des animaux de Paris, se résout enfin à le faire mander, après toutes ces années. Dans la charpente de Notre-Dame, où Krarok tient audience sous l'Aigle mystique de saint Jean, ont lieu les retrouvailles et la révélation : des Lions rôderaient dans les bois de Paris ! Avant qu'ils ne s'en prennent aux Humains, Karka, l'ancien messager oublié des conseillers, doit mener l'enquête avec une Tourterelle imbue de sa blancheur, une séduisante Corneille et un fantasque Toucan qu'il a libéré de sa cage... »

    Avec ce roman bien écrit, l’auteur pourrait passer pour un ornithologue alors qu’il est un littéraire passionné de littérature et plus particulièrement de la noire latino-américaine. Pour cause, la matière littéraire est celle de ce professeur à double titre puisqu’il l’enseigne en faculté et qu’il écrit. Il s’est  certainement documenté mais ce roman, comme les deux premiers, est une œuvre de l’esprit, c’est-à-dire d’une belle imagination aidée par un bagage littéraire bien garni, romanesque mais aussi poétique. Le résultat est un récit bien construit autour d’une énigme, des descriptions évocatrices, des clins d’œil littéraires et une langue française revisitée qui devient celle d’un corbeau perché sur son févier. Son ramage est conforme à la fine plume de l’écrivain.  Le corbeau parle. Bien sûr, on y croit.. Quoi de plus normal ? Ne nous arrive-t-il pas, à nous humains, de gazouiller, de cancaner, de piailler, de caqueter, de ramager… et même de croasser comme le corbeau.

    En me promenant à Paris, notamment dans les parcs publics, j’ai remarqué le nombre important de ces emplumés noirs qui y ont élu domicile. Je n’y aurais pas fait attention avant de lire l’opus de Sébastien Rutès. Je me suis surpris à chercher un de ces volatiles ayant une aile cassée comme Karka, ce corbeau feux qui rêve, cauchemarde, s’interroge sans cesse, se pose des questions existentielles et compare son monde à celui des humains pour se convaincre des bienfaits de l’animalité. Il est nostalgique. Il regrette son passé sauvage au milieu de la nature. Il sait que la ville l’a corrompu en le poussant à trop penser, trop s’interroger. La raison bride un instinct qui auparavant lui suffisait pour être heureux.  Sébastien Rutès a certainement mis par clin d’œil,  dans ce corbeau, le cliché du détective de la littérature noire, solitaire, usé,  blessé par la vie qui lui a cassé métaphoriquement les ailes. Comme les SDF, le héros freux subit le milieu urbain, la violence, l’individualisme, la paranoïa…  Toutefois Karka vit surtout mal sa vie de corbeau citadin. Il reste un corbeau avec une vision critique d’une humanité qu’il ne comprend pas. Il nous lance des formules « Le savoir, c’est le pouvoir », «  L’ignorance entraîne l’ignorance », «  A quoi bon se souvenir s’il n’est pas possible de comprendre ? », « Trop d’animaux se côtoient à Paris pour s’intéresser les uns aux autres », « Nombreux sont les animaux qui ne rêvent pas et assimilent le rêve à la folie, ou pire à l’humanité »…  Evidemment Karka est de nature solitaire mais il n’est pas seul dans cette cour animalière des miracles qui a son grand Conseil et ses élites. Il a même une généalogie avec le corbeau de la fable de La Fontaine. Il n’apparaît pas comme l’oiseau noir des romantiques…

    De tous temps, traiter de « Vautours, rats, belettes, chacals, dogues, taupes, requins, pourceaux, hiboux, vipères, singes, corbeaux, couleuvres… » un humain, c’est le mettre « hors humanité ». C’est le vocabulaire zoologique utilisé par Victor Hugo à l’égard de Napoléon III et de « ses imposteurs ». Plus près de nous, l’actualité a fourni l’exemple d’une utilisation raciste de ce vocabulaire contre Christiane Taubira traitée de guenon et de singe.

    zoo philosophes chopard

    Cela nous amène dans « Le zoo des philosophes », un essai qui porte le sous-titre « De la bestialité à l’exclusion ». Il a été écrit par Armelle Le Bras-Chopard éditée chez Plon. Parmi les animaux de ce bestiaire philosophique, nous y avons trouvé une référence à l’ouvrage « Traité des animaux » écrit en son temps par Ambroise Paré  qui s’efforce de montrer l’imperfection, le caractère limité, parfois uniforme, du chant des oiseaux par rapport aux chœurs que peuvent former les voix humaines « plus harmonieuses sans comparaison que celles de tous les oiseaux réunis ». Dans son traité des songes, les oiseaux assemblés piaillent : ils représentent « discorde, iraconde et nuysance »( en vieux français). Certes il ajoute dans le traité des animaux : « les corbeaux et les pies ou quelques autres oiseaux apprennent certaines phrases du langage humain » mais « ils ne peuvent pas en retenir beaucoup : ils restent des animaux dépourvus de raison ». Il faut dire qu’Ambroise Paré a écrit un autre ouvrage au titre significatif «  L’animalité et l’excellence humaine ».

    Alors laissons le corbeau freux Karka lui répondre : « Les chats devinent, les corbeaux savent : aucun n’a finalement besoin de parler, cette mauvaise habitude imitée des humains. Parois elle permet de gagner du temps ; plus souvent, elle en fait perdre. » J’ai pris le parti de suivre sa grande sagesse et de ne pas vous faire perdre votre temps. C’est pour cela que je n’en dirai pas davantage. 


    votre commentaire
  • meme pas morte langaney

    Même pas morte ! Le titre interpelle et renvoie à l’enfance : le fameux «  Même pas mal ! » qui cache la douleur pour paraître fort et insensible dans une cour de récréation ou lors d’une fessée paternelle. C’est une bravade. Même pas morte ! L’expression amuse et intrigue. Le lecteur ne sera pas déçu par l’héroïne Minette Galandeau, une vielle dame au lourd passé délinquant. Elle vit avec les souvenirs de Maurice ( le mari) , Etienne (le Corse) et les autres membres de son gang décimé. Pour ce qui est du passé récent, sa mémoire est défaillante, conséquence de la maladie d’Alzheimer. A quatre-vingt huit  ans, sur les conseils de son médecin,  elle ouvre un pense-bête qui devient son  journal intime dans lequel elle met des pensées pas bêtes. Minette n’est pas franchement odieuse, mesquine ou menteuse… Elle l’a été voleuse de façon professionnelle : une sorte de Bonnie devenue Ma Dalton sans les enfants. Non, elle n’est pas une sorte de Tatie Danielle, héroïne d’un film  réalisé par  Etienne Chatiliez (sorti en 1990). Elle est Minette avec sa personnalité hors du commun et se comporte parfois comme un mec, jusqu’à lorgner sur une belle paire de nibards. Elle n’est pas antipathique et son neveu n’a rien à voir avec le gentil Jean-Pierre, celui de Tatie Danielle. Edouard se présente à elle comme le fils de son unique sœur morte aux Amériques. On comprend que la famille de Minette était  un nœud de vipères.

    Alors que Tatie Minette a projeté de quitter le Périgord et d’aller mourir au soleil avec un mojito à la main, son neveu  lui écrit, se pointe et s’installe chez elle. C’est le début du suspens. Qui est-il vraiment ? Son vrai neveu ou un imposteur mal intentionné ? Un flic ou un voyou ? Que veut-Il ? Est-il sincère ? Dit-il la vérité ? Même pas vrai ! pense-t-elle. Malgré ses soupçons et ses doutes, la vieille s’amuse de la situation. Même pas peur ! Elle en joue et ça l’émoustille. Toutes les supputations restent possibles et donc nous vous laissons supputer à partir de la page 11, d’autant plus que la maladie d’Alzheimer provoque parfois des crises de paranoïa. Cela peut perturber Minette mais aussi le lecteur inquiet du danger qu’elle court ou qu’elle imagine.  

    Le titre « Même pas morte ! » reste en filigrane de la lecture et participe au suspens dans ce récit où, même si la mort rode,  l’humour de bon aloi est toujours sous-jacent avec ses bouffées d’hilarité qui remontent souvent et activent les zygomatiques. Les vrais sujets sérieux sont la maladie d’Alzheimer et la vieillesse. L’auteur a choisi un point de vue qui laisse toute sa dignité humaine à son héroïne. Minette pose un regard lucide sur elle-même jusqu’à l’autodérision. La maladie d’Alzheimer n’atteint que sa mémoire et laisse intactes ses facultés mentales. Elle peut ainsi se montrer calculatrice et retorse. La dérision sans outrance fait de cette lecture un vrai plaisir. Sans aucun doute, Minette offre un témoignage humain et vaillamment combattif contre la vieillesse et la maladie d’Alzheimer.

    Nous nous associons à l’avis d’Hervé Sard sur le site « Polarmania » :

    Ce roman est remarquable, avec un humour omniprésent, des "petites phrases" à toutes les pages, des personnages tous attachants. Entre le neveu d'Amérique qui vient s'installer et le voisin bougon qui cache bien son jeu, Minette Galandeau brûle ses dernières cartouches à la manière d'un feu d'artifice et le spectacle est un régal. Un seul mot pour résumer ce premier roman tout juste sorti d'imprimerie (publié en Corse, il ne sera disponible "sur le continent" qu'à la rentrée) : formidable. Un festival d'humour et une écriture comme j'en trouve rarement, sorte de mélange de Donald Westlake, de Pierre Siniac et de Tito Topin. Un conseil, si je peux en glisser un : oublier les sempiternelles platitudes commerciales de la "rentrée littéraire" et se précipiter sur ce livre exceptionnel, c'est un bonheur de lecture.

    langaney

    Anouk Langaney aime lire et écouter de la bonne musique Elle est montée sur les planches pour des représentations de Macbeth avec la troupe ajaccienne de l’atelier théâtral « Le Thé à Trois »  (Paul Grenier).

    Son éditeur "Editions Albiana" écrit, sur la 4ème page de couverture, qu’elle s’est pas mal promenée en parlant des livres des autres. Elle est enseignante. « Même pas morte ! » est sa première publication dont elle parle elle-même dans une vidéo d’Alta-Frequenza … 


    2013.08.01 Anouk Langaney par ALTA-FREQUENZA


    votre commentaire