• Premier festival du polar en Corse

    Le premier festival de polar corse et méditerranéen aura lieu du 6 au 8 juillet prochain à Ajaccio sous l’égide de Corsicapolar, association d’auteurs corses de polars.

    Depuis les années 1990, on a vu émerger le polar régional. Alors que Marseille et la Corse ont alimenté l’imaginaire de bon nombre d’auteurs et de cinéastes, il faudra attendre 1995 pour que Jean-Claude Izzo consacre le polar marseillais en le faisant connaître à Paris.
    On ne peut évoquer le polar régional ou de terroir sans rendre hommage au Barcelonnais Manuel Varquèz Montalban et au Sicilien Andrea Camilleri. Ils ont fait rayonner le polar régional en trouvant des publics nationaux et internationaux.

    François Thomazeau déclarait à ce sujet : " Il existe un polar marseillais, comme il y a un polar new-yorkais (McBain, Kinky Friedman, Westlake...), un polar floridien (Willeford, Carl Hiaasen), un polar louisianais (Woodrell, Burke), un polar californien (quasiment tous les autres...) et la fameuse Ecole de Missoula. Tiens... Voilà une comparaison qui tient la route. Qu'ont en commun les écrivains de Missoula ? Ils se connaissent tous et picolent sec ? Alors il y a une école du polar marseillais. On se connaît et on aime le bon vin. Plus sérieusement, il est clair que personne ne s'est contacté, qu'on ne s'est pas réuni pour dire: lançons une école.... L'autre erreur est de penser que tout commence avec Izzo. Claude Klotz ( alias Patrick Cauvin) , Sébastien Japrisot sont marseillais. Celle qui a relancé le genre s'appelle Michèle Courbou (Les Chapacans) et Carrese a sorti Trois jours d'engatse avant Total Khéops. Mais, c'est sûr, c'est le succès d'Izzo qui a fait qu'on s'intéresse au polar marseillais et qu'on se rende compte qu'il y a une génération d'auteurs qui écrivent sur Marseille. "

    Nous avions consacré un article au polar marseillais en remontant plus loin jusqu’à Marius Pegomas , détective marseillais crée par Pierre Yrondy et aux polars régionaux de Jean Toussaint SAMAT.

    Et la Corse ?

    Extrait d’un de nos articles : " Dans une anthologie présentée par Roger Martin, on peut lire au sujet du genre policier comme étant universel : " Cette universalité –société, police, crime, nature humaine – permet d’avancer que le genre policier, qu’il soit français, anglais, espagnol, russe ou japonais, s’abreuve à des sources communes, auxquelles bien entendu, il convient d’ajouter celles propre au génie et à l’histoire de chaque peuple "

    Avant le western et le roman policier, c’était le roman d’aventure, de cape et d’épée, qui avait les faveurs du lectorat populaire. Un auteur corse y avait excellé avec son personnage du chevalier Pardaillan, il s’agit de Michel ZEVACO né à Ajaccio (1860), mort à Eaubonne (Val d'Oise, 1918). Militant, Zévaco se présente aux élections législatives de 1889, fonde des syndicats, et il sait se servir de sa plume pour faire passer ses idées (un article écrit contre le Ministre de l’Intérieur lui valut quatre mois de prison, séjour qui sera suivi d’un autre, pour raisons politiques également, quelques années plus tard). Sartre, qui le présente à plusieurs reprises comme l'un des auteurs qui ont le plus influencé sa carrière d'écrivain, le décrit comme un "auteur de génie [qui], sous l'influence de Hugo, avait inventé le roman de cape et d'épée républicain. Ses héros représentaient le peuple; ils faisaient et défaisaient les empires, prédisaient dès le XIVème siècle la Révolution française, protégeaient par bonté d'âme des rois enfants ou des rois fous contre leurs ministres, souffletaient les rois méchants" (Les mots). Pour Zévaco, l’Histoire semble souvent un moyen commode de critiquer les mœurs et la politique de son époque. Le personnage de Pardaillan en témoigne, qui affiche volontiers ses opinions républicaines et anticléricales., Il a été feuilletoniste au journal Le Matin à partir de 1906, avec Gaston Leroux (à qui l’on doit la série des Rouletabille, L’épouse du soleil ou le fameux Fantôme de l’opéra).

    En France, alors que le polar devient un genre littéraire répandu chez les lecteurs, les auteurs et les éditeurs, le polar reste cantonné longtemps dans la capitale ou bien à l’étranger car les éditeurs choisissent de traduire les grands auteurs anglo-saxons. Dans ce contexte jacobin, un Corse, José GIOVANNI, pourtant montagnard, va devenir un auteur et un cinéaste célèbre. Ancien taulard, il va exceller dans le genre.




    Zevaco et Giovanni ont écrit sans référence explicite à leurs origines insulaires. Nous nous plaisons à croire que, si la question leur avait été posée, ils auraient répondu, comme Jean-Toussaint Desanti, que, s’il n’avait jamais écrit en langue corse, ils avaient pratiqué la forme de pensée qu'exigeaient leurs origines.

    Des auteurs célèbres de Nouvelles, précurseurs du polar et du roman noir, se sont inspirés de la " légende noire de la criminalité insulaire ". Librio a publié un recueil où l’on retrouve Mérimée, Balzac, Flaubert, Saint Hilaire, Gaston Leroux en y associant deux auteurs corses : Pierre Bonardi et Jacques Mondoloni. À Pierre Bonardi, écrivain célèbre pendant l’entre deux guerres, on doit des récits de voyage, des enquêtes, des essais, des livres d'histoire et des romans... Jacques Mondoloni est l’auteur à succès de romans de science-fiction et de polars dont " Corsica Blues " paru en 1996.

    A la même époque, un pionnier de la Noire made in Corsica.- Paul-André Bungelmi crée la collection " Misteri " de l’Editeur Méditorial et publie d’excellents polars commis par des auteurs ayant pour la plupart fait leur chemin : Elisabeth Milleliri, Archange Morelli,Marie-Hélène Cottoni, Philippe Carrese et Philippe Thomazeau. Depuis lors, Paul-André Bungelmi a arrêté l'édition faute de moyens financiers et, aux dernière nouvelles données par Thomazeau, il tenait un bar de nuit extrêmement sympa à Ajaccio… " On amène sa bouffe, y a une cheminée au fond pour faire cuire le rata, et lui fait payer le vin. ". C’est sans doute, après l’édition, une façon de continuer un mode de vie fait d’échanges et de convivialité.

    Si quelques auteurs de polars corses ont été édités, il n’existait plus de série noire insulaire jusqu’en 2004. Des auteurs ont ouvert les portes des éditeurs insulaires comme Jean-Pierre Orsi d’abord aux Editions de la Marge puis aux Editions du Journal de la Corse. Depuis lors, son éditeur est le Journal de la Corse qui, si l’édition de polar est une nouveauté depuis 2004, reste le plus ancien journal insulaire (création en 1817). Saluons ce presque bicentenaire ( 200 ans dans 10 ans) de la presse qui a su entrer dans le 20ème puis dans le 21ème siècle grâce à ses générations succéssives de militants culturels. En 2004, un autre éditeur, les Editions Albiana, créait une collection " Nera " qui a publié plusieurs auteurs.

    Les thèmes imaginaires ou réels du polar existent dans la Corse noire et rouge sur fond de bleus marins et azuréens : la politique, les autonomistes, les barbouzes, les révoltes, la musique et les chants, l’écologie, la désertification, la pauvreté, le chômage, le huit clos, les mythes, les légendes, le banditisme… Il y a aussi les particularismes : l’omerta, l’honneur, la vendetta, le clan, le huis clos des îliens et l’ubiquité insulaire, la cursità (ce mal du pays qui rend l’exil douloureux, cette nostalgie bien particulière que l’on appelle, au Bresil et au Portugal, " Saudade ").… En Corse, le tragique côtoie cet humour malicieux et teinté de mélancolie, le " taroccu " si bien illustré notamment par le poète Simon Dary ( qui écrivait sous le pseudo de Simon d’Aullè). Souvent cet humour apparaît dans le polar corse.

    A l’initiative de Jean-Pierre Orsi, inventeur du commissaire Baptiste Agostini (héros d’une trilogie publiée avec succès mérité en Corse et sur le continent), des auteurs corses de polars ont décidé de se réunir de façon associative. Il ne s’agit ni d’école ni d’académisme, mais plutôt de mettre le polar dans le bouillon de culture corse avec ses polyphonies. Ils espèrent un " chjam’e risponde " avec le auteurs venant des quatre horizons méditerranéens.
    Jean-Pierre Orsi, connaisseur de l’Histoire de la Corse mais aussi des îles voisines, écrit des polars ancrés dans le contemporain insulaire. Lorsqu’il parle de choses sérieuses, c’est sans se prendre au sérieux, ce qui n’enlève rien au poids des mots sur les grands et petits maux de la société des îliens. Jean Crozier-Pandolfi a été le premier à le rejoindre en mettant à la disposition du groupe ses compétences journalistiques et informatiques pour créer et animer le site de corsicapolar. Il est l’auteur de la Vendetta de Sherlock Holmes, un passionnant pastiche avec des intertextes savoureux qui témoignent d’une solide culture littéraire mais aussi d’une grande finesse d’esprit digne du fameux détective.

    Cette année , la bibliothèque de prêt de la Corse du sud a organisé un événement sur le Polar dans le monde. Nous en profitons pour féliciter les organisatrices de cet événement qui ont fait la promotion du polar dans le cadre du développement de la lecture en milieu rural.

    De nouveaux auteurs corses apparaissent et les ouvrages publiés en Corse s’ajoutent et se multiplient. En silence et malgré le manque de véritable promotion, le polar corse s’est installé durablement dans et hors de l’île déjà riche dans tous les autres genres littéraires. L’âme enracinée dans leur île, les auteurs corses de polars veulent parler au monde. Arpenteurs du réel ou écrivains de pures fictions, ils prennent place, avec un premier festival insulaire, aux côtés des autres polardeux qui ont émergé sur les îles et le littoral méditerranéens.









    L’association Corsicapolar organise le premier grand festival de polar corse et méditerranéen à Aiacciu (Ajaccio) du 6 au 8 juillet 2007 sur la grande place Foch, face à l’entrée principale de la Mairie. En juillet prochain, des auteurs corses de polars ont invité d’autres auteurs méditerranéens. En partenariat avec la SNCM, des dédicaces auront d’abord lieu sur le car-ferry Napoléon qui fera la traversée Marseille- Ajaccio dans la nuit du 5 au 6 juillet 2007. A partir du vendredi 6 juillet jusqu’au dimanche 8 juillet 2007, le festival se déroulera place Foch, appelée aussi Place des Palmiers, au fond de laquelle, dominant la fontaine aux quatre lions de granit, se dresse la statue de Bonaparte en premier consul.

     ( dessin Cagnat pour Corsicapolar)
    Sous le regard de Bonaparte en marbre blanc, se réuniront des auteurs du genre noir. Seront présents : Alexandre Dominati , Arlette Shleifer , Bernard Oustriéres, Catherine Fradier , Daniele Piani , Francis Zamponi , Gianni Biondillo, Gildas Girodeau , Gilles Del Pappas , Giorgio Todde, Giulio Angioni, Jean-Claude Di Ruocco, Jean-Paul Ceccaldi, Jean-Paul Delfino , Jean-Pierre Larminier , Jean-Pierre Orsi , Jean-Pierre Petit , Jean-Pierre Santini , Luca Crovi, Marie-Héléne Ferrari , Maurice Gouiran , Okuba Kentaro , Olivier Collard , Paul Milleliri , Pierre Lepidi , René Fregni , Serge Scotto, et Ugo Pandolfi. Telle est donc la liste provisoire des auteurs qui ont d'ores et déjà convenu de se retrouver à Ajaccio, Corse du sud, du 6 au 8 juillet prochain dans le cadre du premier festival du polar corse et méditerranéen.


    A Ajaccio, aux côtés du polar corse, seront présents le polar marseillais, le polar provençal, le polar Catalan , le polar sarde, le polar milanais… Chaque diversité contient sa part d’universalité, sans vouloir enfermer toute particularité dans l’universel et, a contrario, toute différence dans l’identité. Ce sera aussi l’occasion de rencontrer des auteurs affirmant et assumant leurs origines sans rejet de l’autre. Sans nombrilisme et sans tabou, ils écrivent des fictions contemporaines qui peuvent même donner à penser. Ils existent grâce à des éditeurs régionaux qui vont au delà de l’aspect commercial des choses en s’investissant pleinement dans la mission culturelle qui est l’honneur de cette belle profession. Sans leur intelligence et leur travail, la littérature corse n’aurait jamais eu l’essor qu’elle connaît depuis quelques années.

    Soyez nombreux à venir au rendez-vous ! Vous y rencontrerez les auteurs et y trouverez votre ou vos polars de l’été!



    Corsicapolar...
    avait lancé un concours d'affiches et les propositions ont été nombreuses. Nous en reproduisons quelques unes:



    A SUIVRE....



  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :