• Lilian Bathelot, auteur languedocien de polars

    Un Languedocien au Festival du Polar corse et méditerranéen d’Ajaccio du 4 au 6 juillet 2008





    Lilian Bathelot se présente: « Faisons vite. Je suis né en 1959 dans le bassin minier et industriel de Decazeville, dans le sud de la France. Côté gènes, c'est l'Espagne profonde, l'Italie napolitaine, un peu de slave ; côté culture familiale, la mine, l'Internationale, le bistrot et les copains, le jeu de boules... Un temps saltimbanque et cracheur de feu, un autre professeur de philosophie puis conseil en communication, les contre-pieds de mon parcours — qui sont aussi passés par l'usine et le bâtiment — débouchent en 1997 sur l'écriture, le projet de toujours, toujours repoussé par l'urgence de vivre.
    Mon premier roman paraît en 1998, aux éditions Climats. Après un détour par les éditions Métailié et Albin Michel, notamment, C'est l'Inuit qui Gardera le Souvenir du Blanc, mon dixième titre, paraît en 2006 aux éditions du Navire en Pleine Ville. Je me consacre aussi à l'écriture de romans jeunesse, de pièces de théâtre, de nouvelles... »

    Il a dit à  Pascale Doré sur Bibliosurf.com: «L’important, c’est de raconter des histoires ou d’en lire, de partager un peu d’humanité, se retrouver dans l’autre, dans son regard, dans ses espoirs, ses colères, ses doutes. L’important c’est de se sentir moins seul, que le livre soit un lien, que soit partagé ce qui loge au profond et qu’on ne sait pas communiquer autrement qu’en inventant ou en lisant des histoires. »

    Originaire du Gua, il a donc fait mille choses avant d'écrire à plein temps. Aujourd'hui, il se partage entre l'écriture, le conseil littéraire et l'animation d'ateliers d'écriture dont celui de Mescladis. Spécialiste du roman noir à l'accent sétois, il a écrit «Avec les loups», « Special dédicace » et «La Théorie du K.O ».



    La Théorie du K.O. est le troisième volet de la trilogie sétoise de Lilian Bathelot, commencée par « Avec les Loups » et qui s’est poursuivie avec « Spécial Dédicace ». Parus à la fin des années quatre-vingt-dix chez Sombres Climats et regroupée sous le titre Chichois Baraquette, Spécial dédicace et La théorie du K.O sont aujourd'hui réédités  chez Jigal Polar.

    « Attendez-vous au pire ! Noir et envoûtant jusqu’à l’extrême, humour sombre, casting de chair et de larmes. Lilian Bathelot a l’incroyable talent de rendre son récit palpable et ses personnages à fleur de peau ! Ses héros sont d’emblée vos amis, les femmes des ports d’attache et les salauds d’ignobles individus que vous rêvez immédiatement « d’effacer ». L’intrigue pourrait se passer près de chez vous, dans vos bistrots, dans vos villes… Tout est si vraisemblable et si machiavélique dans ce récit qu’il vous colle à la peau avec la peur au ventre. Du grand art ! » nous a-t-on dit et d’autres ajoutent :  
    - Bathelot, qui sait fort bien ficeler ses intrigues, tient son lecteur en haleine durant tout le récit.... (Claude Mesplède)
    - Bathelot est le Soulages du polar : il tresse des griffures et des stries dans le noir jusqu'aux confins des drames. On vous aura prévenu : ça secoue sévèrement l'échine.... (Frédéric Poilbout)
    - Dans ce second volet de sa trilogie sétoise, Lilian Bathelot nous assène un coup de poing à couper le souffle. C’est noir, brutal, haletant et terriblement efficace ! Un polar mené tambour battant. 194 pages bourrées de dynamite. Le genre de roman pour lequel l’expression un peu trop galvaudée “se lit d’une traite” prend ici toute sa valeur.... (René Barone)
    - Lilian Bathelot articule son polar de main de maître, les scènes d'action, la description du dessous des cartes de la politique locale, tout s'imbrique judicieusement comme la manipulation qu'il décrit.  On en a le souffle coupé tout du long et on réfléchit en même temps à l'enchaînement des faits et des causes, au rapport entre les médias et le pouvoir, entre l'histoire secrète et l'histoire officielle.  (Raymond Alcovère)  
    - Au fond, La Théorie du K.O., c'est une histoire de morale, vivante, avec une mise en scène et des personnages chaleureux ...  (Patrick Galmel – Pol’art noir )
    - Lilian Bathelot, peinture sociale… C'est un raccourci, j'en conviens, mais si j'en crois ce que j'ai lu, pas trop loin de la réalité. Ajoutez à cela une bonne dose d'humour, de vivacité d'esprit, un regard aiguisé posé sur une société que l'auteur a appréhendé sous divers angles (il dit d'ailleurs que pour ce qui précède les années quatre-vingts, il y a prescription…) et vous aurez sous les yeux une des plumes qui font le bonheur du polar francophone. Noir, social, humain… (Patrick Galmel le 24 novembre 2007)
    ______________

    Quatrième de couverture de Théorie du K.O ( Editeur Jigal)

    Quand le commissaire Lopez décide de balancer à la presse ce qu’il a découvert des magouilles politiques locales, il n’imagine pas encore le séisme qu’il va provoquer. Ses compagnons d’infortune, Manu, Nène et les autres, ne savent pas non plus que la poisse est au bout du chemin. Le président, le préfet et le ministre, eux, ne pensent qu’à une chose, ne pas faire de vagues et éviter les rumeurs. Dans les « services spéciaux » la devise est définitive : il faut éliminer… et vite ! Mais dans la vie, la vraie, Lopez et ses amis croient toujours que la victoire est possible…
    Le début : « Préfecture, Montpellier
    — Oui, monsieur le ministre, ce matin même…
    Le préfet arpente le vaste bureau. Les jambes un peu raides, le buste penché en avant, la main gauche plaque le combiné contre son oreille. L'autre poing est serré au fond de la poche du pantalon. En bras de chemise, il transpire dans le bureau climatisé.

    Toute la journée il a étudié le dossier. Avant de verrouiller son opinion, il s'est même fendu d'une visite au commissariat de Sète, où il a longuement écouté le divisionnaire Lopez.
    — Certainement, monsieur le ministre… je l'ai rencontré personnellement (…)



    Quatrième de couverture de Special Dédicace ( Editeur Jigal) nomminé au prix « Sang d’encre ».

    Sète, ses quais, ses ruelles et ses bistrots où l’on picole beaucoup en refaisant le monde. Pour Marcel et Fernand, deux piliers de comptoir, c’est clair. Il y a des jours « avec » et des années « sans ». Et cette année, c’est plutôt « sans ». Pour Rachid et les Ratons, y’a d’abord ce concert qui déraille, puis ce cadavre abandonné… Alors pour eux, l’avenir, c’est pas gagné ! Pour le « Président », un grain de sable dans les rouages, et c’est la machine feutrée du pouvoir qui se grippe en hoquetant.Quand les destins s’emmêlent, mieux vaut être riche et puissant… qu’empégué au fond du gouffre ! L’engrenage fatal est en marche, et même si les dieux de la Méditerranée y mettent leur grain de sel, le bonheur n’est pas forcément au bout du chemin…

    Quelques couvertures:








    Lilian Bathelot sera à bord du car-ferry de la SNCM  "Danielle Casanova" qui part du Port autonome de Marseille le 3 juillet 2008 à 21 Heures pour rejoindre Ajaccio le lendemain à 6H45. Des dédicaces sont organisées à bord avec une quinzaine d'auteurs méditerranéens, après l'embarquement.




  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :