• Les auteurs corses au festival du polar d'Ajaccio du 9 au 11 juillet 2010

    Nous avons déjà présenté tous les auteur(e)s invité(e)s dans des articles précédents. A bord du grand car ferry de la SN CM le Napoléon Bonaparte, certains rejoindront Ajaccio le 9 juillet prochain au petit matin et, au milieu de la matinée,  le festival du polar corse et méditerranéen pourra ouvrir sa 4èmeédition avec  les auteurs corses…

     

    Jean-Pierre ORSI

    Jean-Pierre Orsi, après des  études supérieures à Nice et à la Sorbonne à Paris, exerce le  journalisme dans un grand quotidien de la Côte d’Azur. Il effectue ensuite un séjour de 2 ans dans les pays de l’Europe de l’Est en particulier à Budapest où il s’occupait du service information d’une organisation internationale de jeunesse. De retour en France en 1969, il travaille au service informatique  de Citroën, quai de Javel à Paris, avant d’entrer au groupe pharmaceutique Synthelabo, ce qui  lui fournira l’occasion d’écrire un livre polémique : la Mafia du médicament. Il a passé ensuite 25 ans de sa vie professionnelle au sein des Mutuelles de Provence,  à Marseille, tout en exerçant des activités militantes et syndicales. Il vit maintenant en Corse. Il écrit des polars  à Coti-Chiavari, magnifique balcon sur la Méditerranée. Après une trilogie mettant en scène le commissaire Bati Agostini, il a inventé un nouveau personnage Don Giovanni, prêtre-ouvrier qui, enfant,  avait quitté la Corse et y  revient tardivement. Son dernier ouvrage est la 4èmeaventure du commissaire Agostini et s’intitule La Madonna di Polsi publié aux Editions Ancre latine. L’occasion d’aller faire un voyage mouvementé en Calabre, berceau de la ‘Ndrangheta, mafia redoutable. Jean-Pierre Orsi est l’initiateur du festival du polar corse et méditerranéen.

     

    Ugo PANDOLFI

    Ugo Pandolfi est le pseudonyme du journaliste Jean Crozier. Journaliste depuis 1978, Jean Crozier  vit et travaille en Corse depuis la fin des années 80. En 1981, il a publié « Nice, Baie des requins » avec Michel Franca, co-auteur.  En 1997 il publie « La conjuration des Corses de Philippe Buonarroti », puis en 2004 La vendetta de Sherlock Holmes aux Editions Little Big Man. Son dernier ouvrage est intitulé «Du texte clos à la menace infinie ». On peut  retrouver l’auteur sur son site «Corsicapolar.eu », partenaire du festival du polar corse et méditerranéen et de l’association Handi 20 pour la publication du recueil de nouvelles «Piccule fictions ». Son ouvrage « La vendetta de Sherlock Homes », épuisé chez Little Big Man, vient d’être réédité aux Editions Albiana dans une version enrichie par les dessins de Jean-Pierre Cagnat .

     

     

    Jean-Paul  CECCALDI

    Né à Ajaccio (Corse du sud) . Ses parents sont originaires d’Evisa et de Partinellu. En 1974, il est entré, comme inspecteur à la Police judiciaire de Paris . Depuis plusieurs années, il était en fonction à Marseille où il s’est occupé de proxénétisme et d’affaires financières. Après un long passage au SRPJ de la cité phocéenne, il vient de terminer sa carrière comme Commandant à la police des polices. Il fait partie d’une catégorie particulière de policiers : les flics corses. De cette différenciation assumée, il a imaginé le personnage du Flicorse, en écrivant des polars à la manière de vraies enquêtes judiciaires avec trois titres «  La plume de Maât », « Tamo !Samo ! » et « Complices obscurs » ( réédité en 2010 aux Editions Ancre latine).  Son troisième polar de la série Le Flicorse "complices obscurs"  est sorti en 2009 à la même maison d’édition. En 2010, deux nouvelles publications inédites: «  Œuf corse ! Faut’qu’j’y aille ! » ( Editions Ancre latine)  et « Kebab story » ( Editions Melis) , ce dernier co-écrit avec Ida Der-Haroutunian. Il vit entre Marseille ( où il réside ) et la Corse ( où il se rend fréquemment ). Dans le cadre de l’association " Corsicapolar " sise à Coti Chiavari ( Corse du sud), il  participe à l’organisation du festival du polar corse et méditerranéen. Sur l’Internet, on peut consulter son blog " Corse noire " et il contribue au site " Corsicapolar.eu " notamment par une rubrique " L’'isle noire de Jean-Paul Ceccaldi "

     

     

    Jean-Pierre SANTINI

    Jean-Pierre Santini vit à Barrettali, dans le Cap-Corse.  Du « Non-lieu » (Mercure de France - 1967) aux « Cercles du silence » (Magellan et Cie – 2008), il a publié une quinzaine d’œuvres (Romans, essais politiques, poésies, nouvelles, aphorismes) et de nombreux articles. En 2006, avec ses amis Sébastien Bruneau et François Neviani, il a créé la maison d’édition « A Fior di Carta» dont le catalogue compte 34 titres (afiordicarta.com), parmi lesquels plusieurs de ses oeuvres poétiques. Dans la collection Néra aux Editions Albiana, on trouve ses polars : Corsica clandestina, Isula Blues et Nimu. Joël Jégouzo du site K-Librea eu un entretien récent avec l’auteur, notamment sur  l’ouvrage « Nimu »… Il a publié également un ouvrage aux Editions Clémentine : L’ exile en soi.  On peut trouver sa bibliographie complète sur son site d’auteur.

     

    Paul MILLELIRI

    Paul Milleliri, médecin spécialisé à la retraite, originaire de l'extrême sud de la Corse, il vit aujourd'hui à Ajaccio. Il est un auteur de romans et d'essais, véritable touche-à-tout de l'écriture, il excelle dans des styles et des genres très éloignés qui révèlent pourtant une même passion. Qu'on en juge : un roman épistolaire ayant les guerres napoléoniennes comme fond de toile : Les Oubliées de l'Empire ; un roman "algérien" Le grain de café ; un essai historique sur Pauline Bonaparte Pauline B. La vénus impériale. Il a écrit aussi  trois excellents polars très différents l’un de l’autre : un thriller corse « Pace è Salute! » un roman noir historique «Malmaison », et un néo-polar marseillais  « Carton rouge ». Son dernier opus « Cabrera » est un retour au polar historique et à Pauline. Fin des années 1810, l'armée impériale s'enlise dans le conflit espagnol. Pendant que la cour fourmille de petits complots, de bassesses entre amis et de frivolités en tous genres, des hommes sont abandonnés sur l'île de Cabrera, prisonniers de guerre oubliés de tous. Pendant qu'à la cour se nouent des intrigues amoureuses menacées par le despotisme sexuel de la princesse impériale Pauline Borghèse, des crimes sont commis à Cabrera loin de la justice humaine et de l'œil de Dieu.

     

    Archange MORELLI

    Archange Morelli est professeur de Lettres et écrivain. Il a publié plusieurs romans historiques, ses périodes de prédilection demeurant le Moyen Âge et la renaissance. Après  « La moisson ardente » suivie de la nouvelle « Raison d’état » et du roman  « Les yeux de Sainte Lucie », son héros le Vicaire Matteo Malafuoco est revenu dix ans plus tard en grand format de 367 pages dans « Le théâtre des ombres » paru aux Editions Albiana en 2008. Il vient de publier « Les rochers rouges », six énigmes de Santu u Grisgiu dans la Corse du 18ième siècle  au temps de Pascal Paoli.

     

    Jean-Pierre ARRIO

    Jean-Pierre Arrio a des fonctions à la  Collectivité Territoriale de Corse dans le service de  Langue et culture corses. Son premier polar «Cosu nostru »  vient de paraître dans la collection « Nera » des Editions ajacciennes Albiana. Nous avons recueilli un avis sur le site « Pour une littérature corse », celui de Francesca…

    « A lire sans se prendre la tête, un excellent polar 100% ajaccien, « Cosu nostru »,  en français mais avec de nombreuses incursions du corse dans les dialogues (comme dans la vie), la vie ajaccienne plus vraie que nature, de l’humour, de la « macagna », ce qui n’exclut pas une vision de la Corse d’aujourd’hui intéressante, tous les ingrédients du « polar » dans une veine authentiquement corse. On rit, il y a du suspense, on se reconnaît, ou alors on identifie son voisin (or, tout est fiction, inutile de chercher des modèles existants)… »

     

    Denis BLEMOND CERLI

    Denis Blémond-Cerli est un Corse de Marseille qui vit entre La Ciotat où il réside et Lama où il a ses racines familiales. Ancien policier, a publié quatre romans aux Editions Plume d’écume. Il a participé au recueil collectif  Piccule Fictions édités par Handi 20, association œuvrant pour l’accessibilité due aux handicapes. Après Retour à Lama et 1720,  il vient de terminer un nouveau roman historique. L’affaire des jumeaux de l’Ile Rousse vient de paraître. L’intrigue se déroule tantôt en Corse tantôt sur le continent après qu’un coup de feu ait fait basculer la vie d’un Corse et d’une famille. Les rencontres des héros avec des contemporains ayant existé enrichit le roman avec une description de l’époque dans laquelle évoluent les personnages. Les romans de Denis Blémlont-Cerli sont aux Editions Plume d’Ecume.

     

    Jacques MONDOLONI

    Jacques Mondoloni est né à Paris en 1941. Réalisateur de courts métrages, critique et animateur littéraire, régisseur de spectacle, il publie romans, nouvelles et pièces de théâtre à partir de 1980. Il tire son inspiration des phénomènes sociaux de notre époque. Il est un auteur connu pour ses ouvrages de " science-fiction ", américanisme par lequel on désigne des œuvres d’imagination scientifique qui décrivent un état futur du monde. Il a été primé pour « Papa 1er » et il faut citer ensuite « Goulags mous ». Il excelle dans les nouvelles et  est l’auteur de la nouvelle «  Le dernier corse », publié dans le recueil « Corse noire »’ puis dans celui « Piccule fictions ».  Pour la 3èmeédition du festival du polar corse et méditerranéen, il avait écrit une nouvelle en un acte « Le matelas » jouée sur la place Foch. Aux Editions La Branche, collection Suite noire, vient de paraître son dernier roman noir « Pas d’argot pour Mister Riche ».

     

    Paul CARTA :

    Né à Ajaccio, étudiant à Nice, enseignant d’histoire et de français en région parisienne, rôliste et joueur d’échecs sur la Côte d’Azur, coopérant en Sicile… C’est de ses expériences que Paul Carta tire matière à romans. Son premier, L’artefact sicilien, fut d’ailleurs écrit lors de son séjour en Sicile et est probablement le seul livre de science-fiction étudié à l’université de Palerme. De son expérience de joueur d’échecs, il tire un roman de science-fiction, Gens Una Sumus, où des extraterrestres s’intéressent au jeu d’échecs, pour des motifs autres que ludiques.
    Il a publié par la suite Petit Dieu (2005, 2 tomes) La Planète du père Noel (2006) Crimes temporels (2008). "Je suis enseignant, dit-il, et j'écris durant mes loisirs des livres de SF et de Fantasy, publiés aux Editions Melis. J'ai fait mes études de Lettres Modernes à Nice, où j'ai présenté une Maîtrise sur Lovecraft et un mémoire de DEA sur Tolkien. J'enseigne le français, mais j'ai aussi enseigné l'Histoire-géographie, la Philosophie, l'Italien et le jeu d'échecs ».

     

    Okuba KENTARO?????...

    Kentaro Okuba, né au Japon, vit en Corse. Diplômé de psychologie et d’anthropologie criminelle, il a été inspecteur de police, instituteur spécialisé, nettoyeur de moquettes…  Fonctionnaire territorial, il est l’auteur de plusieurs romans policiers ou d’anticipation… C’est la seule biographie que nous ayons trouvée de cet auteur secret sur le Net. Chez son éditeur, une phrase : « Allez savoir qui est Kentaro Okuba ! Pas facile, pas facile… » surtout avec son ouvrage «  Petit plongeon vers l’abîme » écrit avec deux autres auteurs tout aussi mystérieux : l’improbable rencontre de Kentaro Okuba, d’un écrivain irlandais, Peter Amfav et d’un corse Pietr’Anto’ Scolca…  Tous auteurs aux Editions Albiana, où Okuba a déjà publié « Evanescence de l’hiver », un titre qui fait écho à deux ouvrages précédents : L’escalier du Printemps » et  Euphorie d’automne.  Il évoquait déjà l’insularité dans un roman sur Cuba " Electre à la Havane ", sorti en 2006 aux éditions Metallié. Il écrit des articles sur des sites  comme Europolar, Corsicapolar, Combats Magazine…

     

    Jean-Pierre Simoni

    “Né de père et de mère Corses, il a exercé comme médecin omnipraticien dans les collines de Pagnol et  se consacre aujourd’hui à l’écriture. En 1978, il avait signé un essai intitulé « Opuscule sur l’immortalité » à l’origine d’une querelle scientifique sur le clonage de la grenouille privée de nombril . Son premier roman L’année des Chemises noires, paru chez Albiana en 2006 , a rencontré un réel succès  jusqu’à susciter l’intérêt de Frédéric Tourneur, jeune réalisateur de courts métrages pour un projet commun de scénario. En 2010, il vient de publier son premier polar « Le caïman noir » ( Editions Durand Peyroles) , un thriller mettant en scène le personnage de Carlu le Mat, ancien du GIGN, sorte de James Bond se déplaçant à l’occasion en parapente et va enquêter jusque dans la jungle amazonienne.

     

     

    André MASTOR :

    Né en 1949, diplômé de l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence, il est cadre dans un établissement public. Lecteur compulsif, il a patiemment attendu d’être publié et éprouve un grand bonheur d’appartenir aux éditions Albiana. S’intéressant de très près à toute forme d’opposition à l’oppression, il a pratiquement lu tout ce qui a trait à la Résistance française durant la seconde guerre mondiale. Un autre centre d’intérêt le relie au football amateur parce que c’est un sport collectif de plein air et parce qu’un terrain n’est pas que le lieu d’un affrontement potentiel mais qu’il représente la fantastique possibilité d’annihiler pour un moment, les classes sociales, les idéologies, les races, les religions et les générations. Comme seule peut encore le faire la place d’un village de Corse l’été, à l’ombre des platanes, quand tout le monde se rencontre. Il a écrit en collaboration avec Dominique Orsoni « Histoire du lycée Fesch» (éditions Alain Piazzola 1992), puis Un été tourmenté (Lettres Sud 1993), Des réseaux et des hommes (Lettres Sud 1994)., Rebelles (Albiana 2006). Et La nuit de Sainte-Hélène (Albiana 2008). Il vient de publier dans la collection Nera des Editions Albiana un polar « Le dernier tueur de l’organisation »

     

    Jean-Louis TOURNE:

    Jean-Louis Tourné est entré dans la collection Nera (Albiana) en fin connaisseur du milieu bancaire, de la haute finance et de la gestion du patrimoine... Dans son polar « Des saints et des morts », Dans le sud de l’île, une jeune conseillère en patrimoine est retrouvée assassinée au bas d’un pont. Dans les arcanes des milieux de l’immobilier et des grandes fortunes, une affaire de famille est au cœur du mystère… aux enquêteurs de trouver le fil rouge qui les mènera jusqu’à l’assassin ! … Jean-Louis Tourne est un insulaire dans l'âme et dans les faits. Fier de ses racines corses, il y conserve précieusement toutes ses attaches familiales. S'il n'a pas toujours vécu en Corse, il lui est toujours resté fidèle. Il aime particulièrement l'insularité et apprécie de fréquenter d'autres îles qu'une existence souvent voyageuse l'amène à découvrir.



  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :