• L'édition en première ligne d'Ugo Pandolfi

    Du Texte clos à la publication ouverte sur le Web :




    Du texte clos à la menace infinie, nouveau polar de Ugo Pandolfi sera disponible en ligne. Le feuilleton électronique débute le 3 janvier 2008. Tous les jeudis, deux chapitres seront téléchargeables gratuitement au format pdf. L'auteur de La Vendetta de Sherlock Holmes assure que le dernier chapitre et l'épilogue seront livrés le 22 mai 2008. Le site d'accueil est désormais finalisé explique Ugo Pandolfi. Son ergonomie a été pensée pour faciliter au maximum l'accès des Internautes. C'est simple comme un blog. C'est en exclusivité pour Corsicapolar et les commentaires sont ouverts.
    Vous pouvez aller voir dés à présent à http://www.Corsicapolar.eu qui offre un accès sur le site ouvert par Ugo Pandolfi.

    Du texte clos à la menace infinie est l'un des premiers titres de la collection Nuages / Noir que la toute jeune maison d'édition Eolia annonce pour l'été 2008. Eolia ( ou Eolie) est dans la mythologie, l’île d’Eole, Dieu des vents, identifiée comme étant l’île Lipari de l’archipel des Éoliennes. La symbolique est heureuse pour cette audacieuse maison corse d’édition au début de son odyssée littéraire. Elle portera la collection Nuages/Noir par dessus la mer, même avec le vent en poupe. Nous savons que, sur ce bateau livre, Jeannot ( pas Janneau) Crozier- Pandolfi, tel Ulysse, a le pied marin.

    Présentation du roman à paraître: Les auteurs de menaces terroristes ont leurs experts en signature comme les victimes d'homicide ont leurs médecins légistes. Antoine Desanti est l'un des meilleurs dans ce domaine très pointu de l'analyse sémantique. Il vit en Corse, à la campagne. Il ne travaille qu'en réseau et son chien s'appelle Virgule. Entre les textes clos de ses affaires classées et les menaces infinies qui s'accumulent, il ne rêve qu'à son jardin ou à ses amours. Jusqu'au jour où son ami le commissaire Clément Rossetti se prend la tête pour le cadavre d'un expert-comptable atrocement mutilé...

    Précisions de l’auteur : Ceci est un roman. Mais comme la vie n’en est pas un, il faudrait avoir une imagination surhumaine pour éviter totalement toute ressemblance avec des personnes réelles ou ayant réellement existé. Dans tous les cas, la réalité est toujours pire que la fiction et les ressemblances, si l’on en trouvait, ne peuvent être que pures coïncidences. Il est vrai cependant qu’Amir n’est plus adjoint de sécurité au commissariat de Bastia : il a réussi le concours de gardien de la paix. Il exerce désormais son difficile métier de policier quelque part en Ile de France.




    Jean Crozier-Pandolfi est Journaliste depuis 1978. Jean Crozier, vit et travaille en Corse depuis la fin des années 80. Il assure, au sein du service public de télévision régionale, les éditions électroniques multimédia et anime la Cellule d'Informations et de Veille Internet de la chaîne France 3 en Corse. Il écrit sous le pseudonyme d’Ugo Pandolfi.
    " Du texte clos à la menace infinie " est le titre de son prochain roman à paraître dans la nouvelle collection " Nuages noirs d’un nouvel éditeur corse de Porto Vecchio, les Editions Eolia.


    Jean Crozier-Pandolfi, avec ses compétences journalistiques et informatiques, a créé et anime le site de Corsicapolar. Sous le pseudonyme de " Ugo Pandolfi ", il est l'auteur d'un premier roman La Vendetta de Sherlock Holmes (Editions Little Big Man- Collection "Les voyageurs oubliés). Dans son journal intime, Ugo Pandolfi, géologue d'origine corse, raconte avoir été, durant dix ans, l'ami et le guide de l'écrivain Guy de Maupassant. Cette révélation exige à elle seule un rigoureux examen critique. Dans ses carnets, l'ingénieur Pandolfi révèle également qu'à la mort de Maupassant, en 1893, il devint le compagnon du détective Sherlock Holmes. Canular littéraire ou révolution dans l'holmésologie ? L’auteur, à l’imagination fertile et à la plume alerte, dit sans dire " : " La Vendetta de Sherlock Holmes n'est pas un roman. Il s'agit du journal de mon arrière-grand-oncle, l'ingénieur géologue Ugo Pandolfi, écrit entre l'année 1889 et l'année 1895. Aussi incroyable que cela puisse être, ce journal de Ugo Pandolfi décrit le Sherlock Holmes historique. J'affirme donc que les carnets jusqu'à présent inédits de mon ancêtre corse sont la preuve immatérielle de l'existence du roi des détectives. A vous, lecteur, d'éliminer l'impossible et de retenir l'improbable. Là est la vérité. "

    Extrait d’un entretien avec Elisabeth Milleliri, journaliste-écrivain : Jean Crozier-Pandolfi : " Si Ugo Pandolfi était une création ou une re-création, il ne figurerait pas sur la couverture du livre comme seul et unique auteur de la Vendetta de Sherlock Holmes. Sauf à imaginer que celle-ci ne serait qu'une vaste récréation... A vous et aux lecteurs d'éliminer l'impossible ! "

    Communication d’Ugo Pandolfi : Dans son journal intime, Ugo Pandolfi, géologue d'origine corse, prétend avoir été, durant dix ans, l'ami et le guide de l'écrivain Guy de Maupassant. Cette révélation exige à elle seule un rigoureux examen critique. Dans ses carnets, l'ingénieur Pandolfi révèle également qu'à la mort de Maupassant, en 1893, il devint le compagnon du détective Sherlock Holmes. Canular littéraire ou révolution dans l'holmésologie ? Là encore, des investigations s'imposent. Leur enjeu n'est pas moindre : il s'agit de savoir si une partie de l'oeuvre de Sir Arthur Conan Doyle consacrée au célèbre détective n'est pas un plagiat des écrits du géologue Ugo Pandolfi.
    Les textes reproduits dans la présente édition électronique, avec l'aimable autorisation des éditions LBM, sont la transcription scrupuleuse et intégrale des manuscrits de Ugo Pandolfi tels qu'ils ont été découverts par son arrière petit-neveu, le journaliste Jean Pandolfi-Crozier, en 2002. Cette version numérique est destinée à faciliter le travail des chercheurs, holmésiens ou non, qui pourront ainsi soumettre plus aisément ces documents aux analyses critiques qu'ils méritent. La note finale du carnet daté d'avril 1895 a été mise en ligne en avril 2006.

    Le texte intégral des carnets de l'ingénieur Ugo Pandolfi (1852-1927) concerne la période comprise entre septembre 1889 et avril 1895, disponible à l’adresse ci-dessous
    http://scripteur.typepad.com/du_texte_clos/



    Précédentes parutions :


    Jean Crozier-Pandolfi est coauteur, en 1981, avec Michel Franca, de Nice, la Baie des Requins (Edition Alain Moreau-Paris- 8000 exemplaires vendus). Une enquête sur Nice, la ville des krachs financiers, des carambouilles immobilières et des guerres mafieuses.
    En 1997, publication de La Conjuration de Corse de Philippe Buonarroti*. Cette édition critique d'un texte rare, tirée à 2000 exemplaires, est à présent introuvable. Œuvre utile pour l’histoire de la Corse, pour l’histoire de la Révolution française et pour celle des idées égalitaires (et reconnaissons que ce triple plan ne se recoupe pas nécessairement). Il s’agit de l’édition par J. Crozier de la brochure de Buonarroti, sortie des presses en novembre 1793 à Paris, intitulée "La Conjuration de Corse et divers mémoires sur la Trahison de Paoly, sur l’état de cette isle, et sur quelques moyens pour la ramener à l’unité de la République". Outre la réédition du texte de Buonarroti, l’ouvrage comprend les textes de Constantini, député extraordinaire du conseil général du département de la Corse et adversaire de Buonarroti, le jugement prononcé le 19 novembre 1793 à Paris en faveur de Buonarroti contre Constantini, une importante notice chronologique, une partie bibliographique et une solide introduction de J. Crozier. Un travail important donc. Article de Jean- Marc Schiappa sur cet ouvrage à l’adresse ci dessous :
    http://ahrf.revues.org/document985.html




    L’Edition en ligne :

    Ecrire est un moyen de s'exprimer, de sortir de soi et se concevoir comme écrivain suppose de chercher à être lu, d'aller vers les autres avec ce qu'on a écrit. La finalité n'est pas le livre, mais bien le lecteur. Etre lu…. C’est sans doute la motivation d’Ugo Pandolfi en offrant gratuitement aux Internautes son prochain roman, gratifiant par la même occasion le site Corsicapolar de cette exclusivité.

    L'édition en ligne est devenue le moyen le plus simple, le plus économique et le plus efficace d'éditer et de publier un livre — et, plus généralement, tout travail intellectuel. Pour Ugo Pandolfi, édition numérique et tirage papier sont devenus complémentaires, inséparables, et certainement pas concurrents.

    Ce qui fait le lecteur est son anonymat : c'est pour une figure sans nom que l'on écrit et à lui seul qu'on s'adresse… Aujourd'hui, l'édition en ligne, grâce à ce formidable outil de diffusion qu'est I'Internet, permet d'élargir le champ des lecteurs. Toutefois il ne s’agit que d’une étape et le roman d’Ugo Pandolfi sera par la suite édité et présent lors du festival du polar corse et méditerranéen en juillet prochain comme le premier d’une nouvelle édition corse, les Editions Eolia dont la collection au titre de Nuages/ Noir s’annonce prometteuse.

    Il faut rappeler qu’Ugo Pandolfi n’en est pas à sa première publication en ligne. Après l’édition papier, il avait mis à la disposition des Internautes son précédent ouvrage " La Vendetta de Sherlock Holmes ". Cette audace n’a pas porté préjudice à son éditeur puisque le livre, succès des librairies insulaires, est maintenant introuvable. Pour son nouveau roman, il s’agit d’une édition en première ligne et donc avant l’édition papier. Cet auteur aime les challenges et a décidé d’utiliser toutes les ressources de l’informatique afin d' effacer la mer qui, pour la Corse, est un obstacle à la diffusion des publications insulaires. Ce n’est pas, sans arrière pensée philosophique qu’il a nommé le héros de son dernier roman Toussaint Desanti, en hommage à Jean-Toussaint Desanti, philosophe corse de renom. En publiant son ouvrage en ligne, Jean Crozier Pandolfi fait violence à la diffusion littéraire pour effacer la mer, celle qui sépare et engloutit. Cependant, il sait que l'édition numérique a toujours besoin du livre imprimé (et pourquoi pas même d'un marché du livre ?)

    Cette complémentarité pourrait se faire de trois façons qui ne seraient pas forcément en opposition :
    La première pourrait continuer à être le recours à l'édition traditionnelle, lui ménageant des contrats d'exclusivité qui ne remettraient pas en cause l'édition en source libre. Les Éditions de l'Éclat l'ont bien compris avec le Lyber.
    La seconde pourrait passer par un tirage à la demande du lecteur, auprès d'un imprimeur qui répondrait à la commande en ligne après avoir passé contrat avec l'éditeur du document numérique prêt pour l'impression.
    La troisième pourrait être la commande de tirages privés à un imprimeur, qui imprimerait et livrerait le document à la seule demande du lecteur.

    Quelle sera la stratégie des Editions Eolia ? Nous le saurons sans doute lorsque l’éditrice, originaire de Porto-Vecchio où elle réside, annoncera officiellement sa « ligne » éditoriale…

    Concernant l’Edition en ligne, nous avons trouvé un dossier sur le Net - Rapport de Jean-Pierre Depétris :

    Adresse : http://jdepetris.free.fr/load/rapport.html




  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :