• Home, roman de Toni Morrison

    homeHome, de Toni Morrison, prix Nobel de littérature en 1993

    Traduit de l'Anglais (Etats Unis) par Christine Lafferière - Août 2012

    L’auteure est célèbre. Ce roman n’a pas manqué de promotion et d’articles élogieux, nous avons voulu pourtant à notre tour  le présenter à ceux qui ne l’aurait pas lu. Le récit est court mais dense. Il n’est pas linéaire et laisse toute sa place au lecteur. Tout est suggéré de façon habile et dans un style épuré ne gardant que  le choc des mots et la musique des phrases. On accompagne deux destins brisés au fur et à mesure que leurs secrets se dévoilent. C’est aussi une histoire de rédemption pour l’anti-héro et de deuxième naissance pour sa sœur Cee (diminutif d’Ycidra).

    Toni Morrison explique qu'elle "travaille consciemment et énormément à cela : écrire moins et dire davantage. Ne pas écrire deux pages quand une phrase peut tout contenir. C'est bien plus difficile que de s'étaler. Et c'est ce que je veux désormais. C'est à la fois une envie et une nécessité - j'ai 81 ans, il faut que je fasse vite, donc que j'écrive court!" (Télérama, août 2012).

    Elle ne cède donc pas à la tentation de trop en dire et traite, sans trop en faire et sans discourir, de grands sujets. En quelques lignes, ses personnages existent.

    De retour de la guerre de Corée, le soldat Franck Money s’échappe d’un asile psychiatrique où sont envoyés les vétérans post-traumatisés. Il doit vivre avec ses fantômes. Il veut rentrer chez lui à Lotus, un coin perdu en Géorgie, état du Sud des Etats-Unis.  « Lotus, Géorgie, est le pire endroit du monde, pire que n’importe quel champ de bataille. Au moins, sur le champ de bataille, il y a un but, de l’excitation, de l’audace et une chance de gagner en même temps que plusieurs chances de perdre. La mort est une chose sûre, mais la vie est tout aussi certaine. Le problème, c’est qu’on ne peut pas savoir à l’avance. A Lotus, vous saviez bel et bien à l’avance puisqu’il n’y avait pas d’avenir, rien que de longues heures à passer à tuer le temps… » (extrait du journal intime de Franck, page 89, chapitre 7). On comprend pourquoi sa sœur Cee a suivi le premier amoureux venu jusqu’à Atlanta, capitale de l’Etat. Franck et sa soeur ont des histoires tragiques. Averti que sa frangine est très malade, il va la récupérer et la sort des griffes d’un médecin dément. Tous les deux se retrouvent dans la maison familiale remplie par des souvenirs.

    Même si l’auteure ne le dit pas, les deux personnages principaux sont des Noirs dans les Etats-Unis des années 50. Tous les indices, subtilement glissés dans le récit, nous sollicitent et donc nous font mieux pénétrer l’époque, les personnages, les situations en donnant à certaines scènes poignantes toute leur force.

    Pour l’anecdote, le Negro Motorist Green Book de Victor H. Green est un répertorie des restaurants et des hôtels accueillant les noirs dans différents états d’une Amérique à la veille de la lutte pour les droits civiques. Nous avons relevé l’évocation de « Menaces dans la nuit », un film réalisé en 1951. Victime du maccartisme, son réalisateur, John Berry, dut s’exiler en France. On peut citer aussi cette pièce de théâtre « L’Affaire Morrisson » écrite par le dramaturge et scénariste Albert Maltz (1908-1985). Elle n’a jamais été jouée car son auteur fut l’un des « dix d’Hollywood » accusés d’être communistes et condamnés en 1950. Et puis si vous voulez la musique des personnages, écoutez Skylard de Ray Charles ou bien Don’t Fence Me In de Bing Crosby.

    La 4ème page de couverture reprend deux extraits d’articles de presse dont celui du New York Times : « Ce petit roman est une sorte de pierre de Rosette de l'oeuvre de Toni Morrison. Il contient en essence tous les thèmes qui ont toujours alimenté son écriture. Home est empreint d'une petite musique feutrée semblable à celle d'un quatuor, l'accord parfait entre pur naturalisme et fable. » Si nous n’avez pas lu cette auteure, Home est le roman par lequel vous pouvez commencer.

    tonimorrison1Présentation de l’auteure : Toni Morrison (de son vrai nom Chloe Anthony Wofford) est née en 1931 à Lorain (Ohio) dans une famille ouvrière de quatre enfants. Après des études de lettres et une thèse sur le thème du suicide dans l’œuvre de William Faulkner et de Virginia Woolf, elle fait une carrière de professeur aux universités de Texas Southern, Howard, Yale et Princeton. Après avoir travaillé comme éditrice chez Random House, elle obtient en 1988 le prix Pulitzer avec Beloved (dont l'édition française remonte à 1989 et a fait connaître Toni Morrison en France). Le prix Nobel de littérature lui est décerné en 1993. Aujourd’hui retraitée de l’université, Toni Morrison a toujours eu le souci de s’entourer d’artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène - avec qui elle a régulièrement collaboré. En septembre 2011, elle a ainsi présenté l’adaptation de son Desdemona par Peter Sellars au théâtre des Amandiers de Nanterre. « Home » est son dixième roman. Elle est venue en France en 2012 à l’occasion du festival AMERICA dont elle était l’invitée d’honneur. A cette occasion un article de Libération disait : « Toni Morrison a entrepris de rendre aux Afro-Américains leur passé, leur mémoire, et pas seulement celle de leur souffrance, s'attachant, en archéologue pionnière, à célébrer la richesse d'une histoire d'avant les droits civiques. La langue qu'elle travaille est imprégnée de rythmes, de références aussi bien orales que savantes, sa narration, puissante, lyrique, est d'ordre musical ce que vient rappeler son roman Jazz. Elle fait appel à un fonds collectif de mythes et de stéréotypes, à ce creuset où l’on a annihilé l'identité noire qu'elle entend reconstruire en lui rendant justice.


    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :