• Festival international du Polar à Ajaccio...

    L’ailleurs international du festival du polar corse et méditerranéen.

     

     

     

     

    Le festival du polar corse et méditerranéen réunira une quarantaine d’auteur(e)s  dont certains d’horizons lointains : l’Ecosse, l’Algérie, le Gabon et  l’Italie. Nous vous présentons ces auteurs à rencontrer sur la place Foch à Ajaccio du 9 au 11 juillet 2010.

     

     

    Peter May

    Né en 1951 à Glasgow, il habite dans le Sud de la France. Passionné par la Chine, membre honoraire de l'Association des Auteurs chinois de romans policiers, Peter May  a d'abord été journaliste  avant de devenir scénariste de la télévision écossaise - signant plus de 1000 génériques en 15 ans. A 30 ans, il était déjà l'auteur de deux séries TVmajeures créées pour la BBC, et d'une autre pour ITV, « Tke the high road » qui fut diffusée dans le monde entier. Dans les années 90, il produit et tourne, aux îles Hébrides, une grande série en languegaëlique, « Machai », nominée au Festival du Film celtique. Il y a quelques années, Peter May a décidé de quitter le monde de la télévisionpour se consacrer à l'écriture de romans. « Meurtres à Pékin»   (The Firemaker) est le premier polar d’une série de thrillers situés en Chine et mettant en scène Margaret Campbell, médecin légiste de Chicago, et Li Yan inspecteur de police.

    Bibliographie non exhaustive proposée au festival : Jeux mortels à Pékin, Cadavres chinois à Houston, Les disparus de Shangaï, La quatrième sacrifice, L'île des chasseurs d'oiseaux, L'éventreur de Pékin, Meurtres à Pékin.

     

     

    Adlen Meddi

    Né en 1975 dans la banlieue d’Alger, il est actuellement rédacteur en chef d’El Watan Week-end. Il a fait des études de journalisme et de sociologie des médias à l’université d’Alger et à l’EHESS de Marseille. Son premier polar  Le casse-tête turc a été publié en 2002. En alternant sécheresse de style, dialogues percutants et échappées poétiques Adlen Meddi met en scène des personnages pris au piège d’une ville glauque et fantasmagorique, sur fond de terrorisme, de complot politique, d’illusions perdues et d’amour impossible. Une écriture à vif, très à vif… Aux Editions Jigal vient de paraître son roman « La prière du Maure »… Un roman d’une grande intensité !...

    Aux éditions Barzakh à Alger : Le Casse-tête turc (2002) et La Prière du Maure (2008) ce dernier réédité chez Jigal en 2010 ...

     

     

     

    Janis Otsiemi 

    Né en 1976 à Franceville dans la province du Haut-Ogooué au Gabon.  il est Secrétaire Général Adjoint de l'Union des Ecrivains Gabonais (UDEG) et ami de l'écrivain français Jean-Claude Renoux.Romancier, poète et essayiste, il a publié un roman "Tous les chemins mènent à l'Autre"(Prix du jeune écrivain gabonais, en 2001) aux Editions Raponda Walker (Libreville 2002) et aux Editions Ndzé (Paris, 2002),  Il a été lauréat du Prix du centenaire de la naissance du président Léon Mba pour son recueil de poèmes"Chants d'exil"(2004). Depuis 2007,  Janis Otsiemi se veut l’ambassadeur du « polar de la brousse, tendance social et et urbain ».Il anime un blog « Calibre noir ». Il a écrit un premier polar  "Peau de balle" et son second « La vie est un sale boulot » est paru en 2009 aux éditions Jigal.Janis OTSIEMI.  Roman social et urbain, style (très) direct, récit émaillé d’expressions savoureuses, Janis OTSIEMI signe là un roman miroir de la société gabonaise telle qu’il la vit et la perçoit aujourd’hui. En 2009, il a aussi écrit un recueil de nouvelles « La faute à l’autre »  (Edilivre).

    Il  anime un blog entièrement consacrée à l'émergence du roman policier africainwww.calibrenoir.blogspot.com

     

     

    Massimo Carlotto 

    Né à Padoue en 1956, il vit actuellement à Cagliari (Sardaigne). Très tôt militant au sein du groupe révolutionnaire d’extrême gauche "Lotta Continua", il est injustement condamné à dix-huit ans de réclusion après avoir découvert le corps d'une jeune femme. Il a dix-neuf ans. Le 20 janvier 1976, une étudiante de vingt-cinq ans, Margherita Magello, est retrouvée morte à son domicile, assassinée par 59 coups de couteau. Massimo Carlotto, étudiant de dix-neuf ans et militant de Lotta Continua, découvre par hasard la victime, ensanglantée et mourante, et se rend chez les Carabiniers pour les avertir ; il est alors arrêté et accusé d'homicide. Il est condamné. L'opinion publique prend son parti et en 1993  le Président de la République italienne Oscar Luigi Scalfaro lui accorde la grâce.

    Cette expérience terrible d'acharnement de la justice italienne, qui a inéluctablement consumé  une partie de la vie de l'auteur, a par ailleurs alimenté son activité d'écrivain. Son roman « Arrivederci amore », paru en France en 2003, vient d'être brillamment adapté au cinéma par le réalisateur italien Michele Saovi. « Arrivederci amore, cia »' sort ces jours-ci dans les salles obscures, l'occasion de découvrir ou de redécouvrir l'un des écrivains italiens les plus intéressants du moment. Les romans de Massimo Carlotto, tous emprunts de cette injuste expérience, sont en effet narrés dans un style haletant et incisif, constamment cynique, qui pourfend les certitudes morales, idéologiques et comportementales de l'Italie contemporaine. Le travail d'enquête effectué par l'auteur pour chacun de ses romans et rendu possible grâce aux amitiés liées en prison, souligne sa position inédite par rapport aux autres écrivains actuels de littérature criminelle. Et, en ce sens, il a indéniablement insufflé une nervosité nouvelle à la fiction policière de langue italienne, au point d'être considéré par la critique comme « un cas littéraire ». Il collabore à divers quotidiens nationaux. Il a également participé à l'écriture de chansons pour le disque de Maurizio Camardi, La Frontiera Scomparsa et de textes de théâtre : Più di Mille Giovedì pour l'Assembla Teatro de Turin, Il Caso Spider Boys pour la compagnie romaine Riverrun.

    Bibliographie non exhaustive proposée au festival : La vérité de l'alligator, En fuite, Arrivederci amore, Rien, plus rien au monde, L'immense obscurité de la mort, Padan city, Le maître des nœuds.

     

     

    Valerio Evangelisti 

    Né en 1952 à Bologne, il a adhéré très jeune aux idéaux libertaires d’après 68. Et pour la défense de ceux-ci, il n’a pas hésité à se déplacer en France, en Angleterre et plus tard en Amérique Centrale. Il est diplômé de Sciences Politiques à l'Université de Bologne où il se spécialise en Histoire moderne et contemporaine. Il publie des livres et des essais historiques, puis il se consacre à la littérature fantastique. Son premier roman Eymerich l'inquisiteur obtient le Prix Urania en Italie. Neuf autres romans du cycle Eymerich ont suivi.

    Les romans de la série Eymerich sont traduits en France, en Espagne et en Allemagne. Ils ont valu à l’auteur le Grand Prix de l’imaginaire 1998 et le Prix Tour Eiffel 1999. Le Monde a publié une des ses nouvelles, La Repubblica a proposé un roman-feuilleton signé Evangelisti.

    En 1999, sont publiés les trois tomes de “Magus. Le roman de Nostradamus.”  L’année d’après,  sort le recueil d’essais “A la périphérie D’Alphaville”.  Ses dernières publications en France sont  La coulée de feu (2009) , Anthracite et Nous ne sommes rien soyons tout (2008)

    Aujourd’hui, après avoir gagné le Prix Italie 2000 pour la fiction radiophonique, Valerio Evangelisti écrit aussi des scénarios pour la radio, pour le cinéma et la télé. Il a dirigé pendant dix ans "Progetto Memoria – Revue historique sur l’antagonisme social” et  il est maintenant directeur éditorial de la revue “Carmilla”, Président de l’Archive Historique de la Nouvelle Gauche “Marco Pezzi” de Bologne et délégué général de Aelita, une association européenne des professionnels du fantastique et de la SF. Valerio Evangélisti est aussi correspondant du Monde Diplomatique.

    Bibliographie proposée au festival : La coulée de feu, Anthracite, Les chaines d'Eymerich, Le mystère Eymerich,  et Le roman de Nostradamus.

     

    Quelques couvertures des auteurs cités

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     



  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :