• Des

    Trois "giallistes" répondront présents au festival du polar corse et méditerranéen qui se déroulera du 10 au 12 juillet à Ajaccio : Valerio Evangelisti, Alessandro Perissonoto et Bruno Morchio.



    VALERIO EVANGELISTI :

    Valerio Evangelisti est né en 1952 à Bologne. Il a adhéré très jeune aux idéaux libertaires d’après 68. Et pour la défense de ceux-ci, il n’a pas hésité à se déplacer en France, en Angleterre et plus tard en Amérique Centrale. Il est diplômé de Sciences Politiques à l'Université de Bologne où il se spécialise en Histoire moderne et contemporaine. Il publie des livres et des essais historiques, puis il se consacre à la littérature fantastique. Son premier roman Eymerich l'inquisiteur obtient le Prix Urania en Italie. Neuf autres romans du cycle Eymerich ont suivi.

    Les romans de la série Eymerich sont traduits en France, en Espagne et en Allemagne. Ils ont valu à l’auteur le Grand Prix de l’imaginaire 1998 et le Prix Tour Eiffel 1999. Le Monde a publié une des ses nouvelles, La Repubblica a proposé un roman-feuilleton signé Evangelisti.

    En 1999, sont publiés les trois tomes de “Magus. Le roman de Nostradamus.”  L’année d’après,  sort le recueil d’essais “A la périphérie D’Alphaville”.  Ses dernières publications en France sont  La coulée de feu (2009) , Anthracite et Nous ne sommes rien soyons tout (2008)

    Aujourd’hui, après avoir gagné le Prix Italie 2000 pour la fiction radiophonique, Valerio Evangelisti écrit aussi des scénarios pour la radio, pour le cinéma et la télé. Il a dirigé pendant dix ans "Progetto Memoria – Revue historique sur l’antagonisme social” et  il est maintenant directeur éditorial de la revue “Carmilla”, Président de l’Archive Historique de la Nouvelle Gauche “Marco Pezzi” de Bologne et délégué général de Aelita, une association européenne des professionnels du fantastique et de la SF. Valerio Evangélisti est aussi correspondant du Monde Diplomatique.

    Bibliographie cliquer ICI  



    ALESSANDRO PERISSINOTO

    Alessandro Perissinotto est  né à Turin de parents ouvriers chez Fiat.  Adolescent, il décide de quitter l'école professionnelle du constructeur automobile turinois et son futur métier de technicien auquel on le destinait et reprend ses études. Diplomé universitaire de lettres, avec une thèse en sémiologie, il s’est spécialisé dans  la recherche en didactique de la littérature. Il est l'un des trois rédacteurs à collaborer au Dizionario della fiaba : simboli, personaggi, storie delle fiabe regionali italiane, de Gian Paolo Caprettini, publié en 2000.   Professeur à la Faculté des sciences de l'éducation de l'Université de Turin, il a choisi le roman noir qui, à son avis, est empreint du réalisme italien. En 1997, est publié son 1er roman L’anno che uccisero Rosetta, une enquête secrète, en 1960, sur la mort de Rosetta, une fille d'un village des Alpes piémontaises, survenue en 1944. Ses trois derniers romans, L'ultima notte bianca, La società dell'indagine et L'orchestra del Titanic, ont pour héroïne Anna Pavesi, ancienne psychologue devenue détective. Alessandro Perissinotto a traduit ou a collaboré aux traductions des romans policiers de Jean-Christophe Grangé. Il est également chroniqueur à La Stampa de Turin et membre, aux côtés d’Alessandro Baricco, de l’équipe nationale de football dés écrivains italiens (l’Osvaldo Soriano Football Club). En France il avait d’abord publié les romans policiers: La chanson de Colombano  et Train 8017. En 2008, il a obtenu le prix du festival du polar de Villeneuve lez Avignon avec son ouvrage « A mon juge » sorti chez Gallimard .où son dernier ouvrage traduit  « Une petite histoire sordide » vient de paraître en mai 2009.  

    Bibliographie cliquer ICI


    BRUNO MORCHIO

    Bruno Morchio, auteur, psychologue et psychothérapeute, est  né en 1954 à Gênes. Il  vit et travaille dans sa ville natale. En Italie, il a publié jusqu'ici cinq romans non encore  traduits en français. Il a dit de son héros récurrent, le détective privé Bacci Pagano : « … Bacci  partage avec moi la même réticence à entrer dans le troisième millénaire, tous les deux avons laissé dans le vingtième siècle les choses plus belles de notre vie. Tous les deux nous avons vécu les périodes des grandes idéologies… » Il cite volontiers ses modèles littéraires, trois auteurs : Vázquez Montalbán, Izzo et Chandler. 

    Bruno Morchio, dans les ans Soixante-dix, comme tant de giallistes italiens, a eu une activité politique active dans le mouvement étudiant. Il a étudié la psychologie et la littérature italienne et écrit des articles dans des revues littéraires ainsi que pour des organes spécialisés psychologiques et psychoanalytiques.

    Bibliographie cliquer  ICI


     




  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :