• Corse + Polar = mc²

    Deuxième édition du Festival du polar corse et méditerranéen :




        Le premier festival de polar corse et méditerranéen a eu lieu du 6 au 8 juillet 2007 à Ajaccio sous l’égide de Corsicapolar, association d’auteurs corses de polar. Cette première édition a rencontré un réel succès et l’aventure se poursuit…

        Voilà venue la deuxième édition qui se déroulera du 4 au 6 juillet 2008 à Ajaccio où la SNCM débarquera des auteurs corses et amis de la Corse qui rejoindront les auteurs insulaires. Sur place la radio corse RCFM sera au rendez-vous.

    « C’est au moment fort d’une prise de conscience que la littérature régionale émerge de par la volonté d’un groupe qui la voit comme un bien collectif important à revendiquer et à développer »
    (Elodie Charbonnier)

    « Cette universalité –société, police, crime, nature humaine – permet d’avancer que le genre policier, qu’il soit français, anglais, espagnol, russe ou japonais, s’abreuve à des sources communes, auxquelles bien entendu, il convient d’ajouter celles propre au génie et à l’histoire de chaque peuple »
    (Roger Martin)


    Lettre de la Présidente et du Secrétaire de l’association Corsicapolar :

    « Néra é Giallo in Aiacciu »
    Le polar dans la rue.

    Corsicapolar avait organisé en juillet 2007 son premier Festival du polar corse et méditerranéen. Aux dires de nombreux participants et d’observateurs ce Festival a connu un bon succès. Cela nous a incité à renouveler notre initiative. Elle se tiendra les 4, 5 et 6 juillet 2008 sur la place Foch.

    Près de cinquante auteures et auteurs en provenance de Sardaigne, de Grèce, de Catalogne, de Toscane, d’Emilie-Romagne, du Languedoc-Roussillon et de Corse rivaliseront dans le bon sens du terme pour délivrer des pistes, des indices - à travers des centaines d’ouvrages, de dédicaces - aux amateurs de polars, amis et curieux qui ne manqueront pas de venir à leur rencontre.

    Le programme sera enrichi cette année par des débats et une représentation théâtrale.

    Le Festival du polar sera l’occasion de montrer l’existence d’une littérature policière méditerranéenne digne d’intérêt. Une littérature diverse, mais unie, bien vivante en pleine croissance, reflet des réalités complexes qui caractérisent nos différentes régions.

    Donc un événement culturel et littéraire à ne pas manquer et benvinuta a tutti i autori, amichi è appassiunati di a litteratura pulizziesca.
     

    Le programme

    - Le 3 juillet, au départ de Marseille en direction d’Ajaccio. A bord du Napoléon Bonaparte.

    Dédicaces en présence d’une quinzaine d’auteurs de Provence, du Languedoc-Roussillon et de Catalogne, en collaboration avec la Sncm.

    - Le 4 juillet, ouverture du festival sur la place Foch à 10 heures.

    Présence d’une quarantaine d’auteurs y compris de Lombardie, de Toscane, de Sardaigne et de Corse.
    A 18 heures réception officielle.
    A partir de 20 heures, nocturne jusqu’à 24 heures.

    - Le 5 juillet, ouverture du festival au public à 10 heures.

    A 18 heures, place Foch, un extrait de la pièce « Mon vié Madame Olivier », interprété par la troupe des Tchapacans de Marseille.
    A 18 heures 45, café littéraire au Capitole, place Abattucci. Thème : « le polar entre réel et imaginaire ».
    A partir de 20 heures, nocturne jusqu’à 24 heures.

    - Le 6 juillet, ouverture du festival au public de 10 à 19 heures.

    - Tout au cours du festival, interviews d’auteurs et d’amateurs de polars en collaboration avec la radio Rcfm. Chants et musiques méditerranéens.

    - Le 7 juillet, au départ d’Ajaccio en direction de Marseille à 19 heures, le festival s’achève sur le Danielle Casanova. Dédicaces en présence des auteurs de Provence, du Languedoc-Roussillon et de Catalogne, en collaboration avec la Sncm.




    Operata Noirs de Corse:

    Des informations sont et seront données sur le site http://www.corsicapolar.eu

    Un partenariat a été signé avec France bleu Frequenza Mora pour la promotion d'un recueil « Piccule fictions » de 30 nouvelles inédites écrites par 26 auteures et auteurs corses ou ami(e)s de la Corse, recueil édité par et au profit de l’association corse Handi20 qui œuvre pour améliorer le quotidien des handicapés en Corse et l'accessibilité de lma Corse à tous.


    Arrêt sur le programme :





    Dans le programme, deux événementrs à signaler dès à présent : L’extrait par trois auteurs-comédiens polardeux d’une pièce qui s’annonce comme un succès théâtral à Marseille, et un débat littéraire. La date en a été mathématiquement calculée en fonction du lieu : la Corse.

    Polar + Corse = aime ces deux… Einstein a établi l’équation entre le polar et la Corse et pose 2A + 2B = 20. Si A = B , nous aurons donc : A + B = 10 soit A=5 et B = 5… Les chiffres parlent et c’est bien le 5 juillet qu’auront lieu les deux événements.


    Cliquer sur image...


    « Madame Olivier !… » est une farce réaliste marseillaise écrite, mise en scène et ralisée par la troupe Les Tchapacans. L’inspiration est venue d’une vieille expression marseillaise « Mon vier ! Madame Olivier » dont un linguiste a donné la génèse que nous reproduisons : "Mon vier, Madame Olivier ! " On a trop souvent jeté l’opprobre sur mon vier : il est temps de redresser cette injustice. Sans faire de viers, justement (c'est-à-dire sans faire de chichis… quoique), parlons du vier. Certes, le mot désigne vulgairement la verge, le pénis, le membre viril, le vit, le…oui, le sexe masculin. Mais n’oublions pas que le vier fait aussi la joie des zoologues maritimes férus du vier marin. Ce dernier n’est en rien le muge d’un matelot, ni la verge d’un capitaine, mais bien une holothurie, cet échinoderme de forme allongée muni de ventouses sur la face ventrale et de papilles rétractiles sur la face dorsale. En provençal (langue qui aime bien les images), on l’appelle aussi councoumbre de mar voire chichi de mer. Restons dans la métaphore animalière avec le vier d’âne (en provençal vié d’ase) qui désigne de manière triviale l’aubergine (la merinjano), mais aussi le sexe masculin. Mistral signalait dans son trésor dou Félibrige que la locution sies qu’un vié de muou (« tu n’es qu’un vier de mule ») signifie « tu n’es qu’un imbécile »… et n’oublions pas le fameux vier d’ours !
    Après ces allers-retours, revenons à mon vier, puisqu’on l’a souvent à la bouche, cette expression. L’interjection « mon vier ! », à juste titre considérée comme un juron, marque le faîte de l’exaspération et de l’énervement. « Mon vier ! » s’exclame le bricoleur mains de pàti, lorsqu’il se tanque le clou dans la main ; « mon vier ! » jure l’automobiliste marseillais, lorsqu’un piéton traverse au passage clouté, l’obligeant ainsi à ralentir de 10 km/h ; « mon vier, eh ! » tonitrue au bout du fil le client exaspéré de jongler aves les touches de son téléphone pendant qu’une voix pré-enregistrée lui dit : « Nous n’avons pas compris votre demande, veuillez taper sur * puis _ puis choix 1 ou -* choix 6 ou rappeler demain à partir de 9 heures… » ; « eh mon vier maintenant » gronde le chirurgien qui se rend compte qu’il vient d’oublier son i-Pod au fond de la panse de madame Gonzales, qu’il vient juste de recoudre…Quand à madame Olivier, elle en a vu passer, des viers ! Mon vier, madame Olivier ! est sans doute l’une des expressions marseillaises les plus authentiques, même si elle a été injustement oubliée par le dictionnaire du marseillais de l’académie. Heureusement, un groupe de citoyens a imposé un procès pour réhabiliter la mémoire de madame Olivier… » Médéric Gasquet Cyrus dans Marseille en V.O. Octobre 2007 - Edition le Fioupelan.

    Ils en ont fait une pièce de théâtre, Madame Olivier (farce bouffonne marseillaise), dont l’extrait joué par nos amis André de Rocca, Michel Jacquet et Serge Scotto (sociétaires de la troupe Les Tchapacans) devrait ravir les Corses qui ont autant d’humour que les Marseillais. Marseille compte 150.000 résidants d’origine corse : Faut-il le rappeler ?

    L’avant-première de cette comédie est prévue pour le 23 mai 2008 à Septèmes-les-Vallons. Jean-Pierre Orsi et Jean-Paul Ceccaldi, membres de Corsicapolar, y assisteront.


    Cliquer sur image...


    Le débat littéraire au Café des Lettres « Le Capitole » : Un café littéraire est un lieu de réunion où l'on parle de littérature, échange des idées, écoute des extraits de livres lus par des comédiens, assiste à des spectacles érudits tout en dégustant un café, ou autre boisson. Dans le cadre du Festival et avec le concours de Pierre-Paul Battesti de l’association Isula viva, le « Café des Lettres » se mettra au polar pour un soir.

    Adresse : Restaurant Le Capitole, place Abattucci 20090 Ajaccio - Tél. 04 95 22 34 29.

    Cliquer sur les logos pour entrer sur les sites...

       


    A SUIVRE...


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :